Formulaire de recherche

Le grand n’importe quoi du Levothyrox

© FOTOLIA/GAMJAI

Avec l’arrivée de la L-Thyroxin Henning le 16 octobre dans les officines se joue l’un des derniers actes d’un imbroglio sanitaire comme la France en a peu connus. Car, si les pharmaciens sont maintenant rassurés sur la sécurité intrinsèque du Levothyrox nouvelle formule suite aux retours des signalements de pharmacovigilance publiés par l’Agence du médicament mi-octobre, la séquence restera dans les annales officinales comme une faillite de l’information des patients et un moment de grande confusion au comptoir, qui a culminé avec la mise à disposition temporaire de l’Euthyrox, le 2 octobre. Dans un sondage initié en ligne par la FSPF justement le 2 octobre, qui a recueilli plus de 1 700 réponses, les pharmaciens ne décolèrent pas : « nous subissons des agressions verbales constantes » ; « il n’y a que des mécontents »… Pour tenter d’éteindre l’incendie, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a annoncé mi-octobre la mise en place d’un groupe de travail sur l’information des patients, sous la houlette du médecin Gérald Kierzek et d’un représentant des patients, reconnaissant un échec de la communication sanitaire. Côté pharmaciens, la vigilance reste de mise : « Il faut une présence de la profession au sein de ce groupe de travail », insiste Philippe Gaertner, président de la FSPF.

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés