Formulaire de recherche

Des baumes jusqu’au bout des lèvres

Utiles pour réparer les lèvres gercées, mais aussi en prévention, les baumes à lèvres sont parfois boudés par les patients. En cause, leur texture plus grasse et plus brillante que celle des sticks à lèvres. Au pharmacien de proposer le produit le mieux adapté au besoin du patient. 

Par Anaïs Jeanne

Mis en avant pendant la période hivernale, les baumes à lèvres peuvent néanmoins être conseillés toute l’année. L’exposition au froid n’est pas le seul responsable des lèvres gercées. En effet, l’exposition au soleil, la prise de traitements asséchants contre l’acné, les variations hormonales liées à la grossesse ou à la ménopause, l’usage de cosmétiques ou encore l’hypersalivation chez le nourrisson sont autant de facteurs pouvant agresser les lèvres. Contrairement aux sticks à lèvres qui hydratent uniquement en surface, les baumes à lèvres sont dotés de propriétés relipidantes qui assurent la cicatrisation des gerçures. Le baume à lèvres Cicalfate bénéficie en plus d’une action assainissante grâce au sulfate de zinc qu’il contient. Cette spécificité est particulièrement intéressante pour la prise en charge des perlèches ainsi que pour celle des irritations péribuccales du nourrisson. 

La galénique oriente le conseil

Certains baumes sont également isolants et préviennent la survenue de nouvelles lésions. Leur texture filmogène présente néanmoins l’inconvénient d’être plus brillante, donc moins facile à porter au quotidien. La présentation du baume à lèvres oriente aussi le conseil. Les produits conditionnés en tube avec un embout biseauté sont évidemment mieux adaptés pour une application tout au long de la journée. Les conditionnements en pot sont, quant à eux, conseillés pour une application le soir, en complément d’un stick à lèvres pour le quotidien. Une galénique qui s’adresse plutôt aux femmes recherchant le côté plaisir du soin. 

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés