Formulaire de recherche

Buzyn marche sur des œufs

L’amendement sur la prescription pharmaceutique pourrait faire les frais des négociations en cours entre l’Assurance maladie et les syndicats de médecins.

© FOTOLIA/SERGII

Tho­mas Mes­nier, rap­por­teur gé­né­ral du pro­jet de loi santé et lui-même mé­de­cin ur­gen­tiste, l’a ré­pété au cours des tra­vaux de la com­mis­sion des Af­faires so­ciales ainsi que lors de ses in­ter­ven­tions dans les mé­dias : il sou­haite, no­tam­ment, que les phar­ma­ciens « puissent dé­li­vrer des trai­te­ments sous pro­to­cole pour des pa­tho­lo­gies simples du quo­ti­dien » telles que les cys­tites, les an­gines ou les conjonc­ti­vites. Se­lon lui, cette so­lu­tion « ap­por­te­rait une ré­ponse concrète, sûre et ra­pide aux be­soins des Fran­çais », ce qui n’est pas du goût des syn­di­cats de mé­de­cins.

Interférences

Si ce retour à la charge du dé­puté L­REM semblait dans un premier temps avoir le soutien de la ministre de la Santé, celle-ci a préféré, une fois encore, jouer la prudence. Lors de son au­di­tion, le 5 mars, en commission des Affaires sociales sur le pro­jet de loi de santé, elle a ainsi pré­cisé sa po­si­tion : « Nous sommes fa­vo­rables à un rôle ren­forcé des phar­ma­ciens dans les par­cours de santé [...] mais je crois que cette évo­lu­tion des rôles en termes de pres­crip­tion doit né­ces­si­ter en­core un peu de tra­vail ». Il faut dire que d’autres né­go­cia­tions ont lieu, en ce mo­ment même, entre l’As­su­rance ma­la­die et les syn­di­cats de mé­de­cins au sujet du dé­ve­lop­pe­ment des com­mu­nau­tés ter­ri­to­riales pro­fes­sion­nelles de santé (CPTS) et de la créa­tion de postes d’as­sis­tants mé­di­caux. En attendant leur aboutissement, prévu en avril, « il faut que nous fassions attention à tous les équilibres et à l’expression des désirs des uns et des autres », a déclaré Agnès Buzyn, avant de préciser vouloir parvenir à « un projet concerté et qui ait l'assentiment de l'ensemble des acteurs ». Si le vocabulaire est choisi, le message est limpide : pour l'heure, pas question de braquer les médecins.

Par Alexandra Chopard

8 Mars 2019

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés