Formulaire de recherche

Chouchouter les dents sensibles

La douleur qu’elle engendre est source de frustration alimentaire. La sensibilité dentaire n’est pourtant plus une fatalité. De nombreux dentifrices sont désormais capables de lutter contre le symptôme et/ou la cause du mal. État des lieux.

Par Anaïs JeannePhotographe Sebastian Scheffel

La sensibilité dentaire, au même titre que les saignements gingivaux, est généralement à l’origine de l’achat d’un dentifrice en pharmacie. Les patients font état de douleurs survenant lors de la consommation d’aliments froids, chauds ou acides. Le contact de l’air froid lors d’une activité en extérieur peut également s’avérer pénible. La douleur est provoquée par la stimulation anormale des fibres nerveuses qui affleurent au niveau de la dentine. La mise à nu de cette couche intermédiaire de la dent résulte d’une érosion de l’émail et/ou d’une rétractation de la gencive. Dans le second cas, le collet dentaire, dénué d’émail, expose la dentine aux aliments. La prise en charge de cette sensibilité repose donc sur deux options : la désensibilisation des terminaisons nerveuses responsables de la transmission de l’influx douloureux ou l’obturation des tubules dentinaires qui les accueillent. La première option est garantie par le recours à des sels de potassium – nitrate, le plus souvent –, caractérisés par leur propriété anesthésiante. Les sels de strontium, le carbonate de calcium associé à l’arginine ou les sels fluorés – tels le fluorure de sodium ou les amines fluorés – renforcent quant à eux la couche d’émail qui recouvre et protège la dentine. Les dentifrices pour dents sensibles contiennent au moins l’un de ces principes actifs. Il est préférable d’attendre quelques minutes avant de se rincer la bouche afin d’assurer le contact et la fixation de ces actifs à la surface des dents.

Contre l’inflammation gingivale aussi

La prise en charge de la sensibilité dentaire passe aussi par la lutte contre l’inflammation gingivale. Certains laboratoires ont ainsi choisi d’enrichir leur formule avec des actifs anti-inflammatoires (bisabolol) ou antiseptiques (chlorhexidine, chlorure de cétylpyridinium). Ces derniers luttent contre la formation de la plaque dentaire qui contribue à la récession gingivale. Le dénuement des collets dentaires peut aussi être prévenu par l’usage d’une brosse à dents souple et la réduction de la pression exercée sur les gencives lors du brossage. Enfin, il convient de rappeler que les aliments acides et sucrés, tels que les sodas, ont une action déminéralisante sur l’émail et que leur consommation excessive favorise la sensibilité dentaire. Dans ce cas, l’usage d’un dentifrice adapté traite le symptôme mais ne résout en rien la cause du mal. Il en va de même pour les patients souffrant de reflux acides chroniques ou de bruxisme. Le conseil officinal doit alors permettre un soulagement rapide et insister sur la nécessité d’une consultation médicale.

ELMEX SENSITIVE PROFESSIONAL (Gaba)

Tube de 75 ml / ACL : 8714789754451 / PMC : 5,40 €

Actifs : monofluorophosphate de sodium
(1 450 ppm d’ions fluorures), technologie
Pro-Argin (carbonate de calcium et arginine).

On aime

L’efficacité du complexe Pro-Argin
dans le blocage de la transmission
de la douleur, le double usage
du dentifrice qui permet également
une application locale sans rinçage
pour un soulagement immédiat
et la qualité des informations
apposées sur le packaging, tant
pour les conseils d’utilisation
que sur l’origine de la sensibilité dentaire.

On regrette

Le pas de vis du bouchon qui
ne tourne que d’un quart de tour,
ce qui fait perdre le bouchon
des mains à l’ouverture du tube,
et le prix élevé du produit.

SENSODYNE TRAITEMENT SENSIBILITÉ (GlaxoSmithKline)

Tube de 75 ml / ACL : 3094906417731 / PMC : 3,70 €

Actif : chlorure de strontium hexahydraté (10 %).

On aime

L’efficacité du sel de strontium
pour bloquer l’influx nerveux
douloureux, la qualité de la
vulgarisation des informations
disponibles sur l’emballage,
le cran de sécurité de
la vis du bouchon qui évite
les ouvertures intempestives
dans la trousse de toilette,
et le petit prix du produit.

On regrette

L’absence d’ions fluor qui ne permet
pas d’utiliser ce dentifrice au long
cours – ce sont eux qui évitent
la déminéralisation de l’émail –,
l’arrière-goût persistant du dentifrice,
décrit comme salé ou métallique
selon les usagers, ainsi que
le débit rapide de l’écoulement
de la pâte à la sortie du tube.

ELGYDIUM DENTS SENSIBLES (Pierre Fabre)

Tube de 75 ml / ACL : 3577057000644 / PMC : 4,05 €

Actifs : fluorhydrate de nicométhanol
ou fluorinol (1 250 ppm d’ions fluorures),
digluconate de chlorhexidine.

On aime

Le sel de fluor aminé, reconnu
comme l’un des plus efficaces
pour former une barrière cristalline
fluorée protectrice de l’émail,
la texture gel facile à rincer et le juste
dosage de l’arôme mentholé.

On regrette

L’absence d’actif bloquant les tubules
dentinaires ou désensibilisant les
fibres nerveuses et le bouchon, trop
court pour une prise en main optimale.

FLUOCARIL DENTS SENSIBLES (Procter & Gamble)

Tube de 75 ml / ACL : 5011321382008 / PMC : 3,70 €

Actifs : nitrate de potassium, fluorure
de sodium (1 450 ppm d’ions fluorures).

On aime

L’efficacité immédiate du produit liée
à l’action anesthésiante du nitrate
de potassium combinée à l’efficacité
du fluorure de sodium pour
renforcer l’émail, et son petit prix.

On regrette

L’absence de schéma sur la boîte
pour illustrer les explications
sur la sensibilité dentaire
et l’usage de parabens comme
conservateurs.

GUM SENSIVITAL (Sunstar)

Tube de 75 ml / ACL : 0070942303415 / PMC : 4,20 €

Actifs : fluorure de sodium (1 490 ppm d’ions
fluorures), isomalt, nitrate de potassium
(5 %), aloe vera, allantoïne, vitamine E,
pro-vitamine B5, chlorure de cétylpyridinium,
bois de Candeia (contient du bisabolol),
extrait de gingembre.

On aime

L’efficacité sur la sensibilité dentaire
grâce aux propriétés anesthésiantes
du nitrate de potassium et à l’action
du fluorure de sodium qui renforce
l’émail, l’action globale du dentifrice
qui lutte également contre la plaque
dentaire (chlorure de cétylpiridium)
et l’inflammation gingivale (bois
de Candeia et extrait de gingembre),
ainsi que la forme gel.

On regrette

L’absence de visuel sur
l’emballage pour illustrer
le problème de la sensibilité
dentaire et les actions du
dentifrice, l’absence de conseil
d’utilisation sur le tube
lui-même et la présence
de parabens dans la formule.

NOTABENE

PMC = prix moyen constaté

Les produits présentés ici sont les plus vendus sur ce marché, selon le panel FSPF-Pharmastat.


© Le Pharmacien de France - 2017 - Tous droits réservés