Formulaire de recherche

Pluie de bonnes nouvelles pour la vaccination

La vaccination antigrippale à l'officine sera bel et bien généralisée l'année prochaine. Mais ce n'est pas tout.

© FOTOLIA/NOKBLACKSHEEP

Se faire vacciner contre la grippe à l'officine ne sera bientôt plus une expérimentation mais un service presque comme un autre rendu par les pharmaciens qui le souhaitent. En effet, l'article 39 du PLFSS actuellement en discussion corrobore les dires de la ministre au micro de Jean-Jacques Bourdin le 18 septembre dernier : la vaccination, après avoir été étendue dès cette année aux régions Hauts-de-France et Occitanie, sera généralisée à tout le territoire pour la campagne 2019-2020. De plus, la population cible de l'expérimentation a été élargie aux primovaccinants grâce à un texte publié au Journal officiel le 26 septembre dernier. Un récent sondage commandé par les laboratoires Pfizer montrait que l'expérimentation semblait particulièrement bien accueillie par les patients, qui lui ont décerné une note de 9,6/10, ainsi que par les pharmaciens eux-mêmes (8,1/10)... Mais beaucoup moins par les médecins, chez qui elle ne récolte pas la moyenne : 4,8/10. Ces chiffres, bien que parcellaires, montrent que, si le pari semble remporté auprès des autorités sanitaires et de la population – 160 000 personnes ont été vaccinées en officine –, les autres professionnels de santé, médecins en tête, restent à convaincre.

La grippe et après ?

La ministre de la Santé a ainsi annoncé dans une vidéo diffusée en ouverture des Journées nationales de médecine générale qui se sont tenues les 27 et 28 septembre à La Défense que ces derniers pourront, de manière expérimentale, stocker des vaccins dans leur cabinet. Une mesure qui avait été proposée dès 2017. Mais ce n'est pas tout. « J'ai saisi la Haute Autorité de santé (HAS) pour un travail plus large sur l'élargissement des compétences vaccinales des sages-femmes, des infirmiers, des pharmaciens pour d'autres vaccinations », a-t-elle précisé. Mais, conclut-elle « la vaccination par d'autres professionnels de santé ne doit pas porter atteinte au principe de traçabilité et de retour d'informations dues au médecin traitant […] le carnet de vaccination électronique sera un atout en ce sens ». Si le texte du PLFSS n'est pas amendé entre-temps et que la HAS donne son feu vert, 2019 sera donc à marquer d'une pierre blanche : après avoir été étendue aux primovaccinants, la vaccination à l'officine sera généralisée à la France entière... voire étendue à d'autres vaccinations. On peut notamment penser aux rappels chez l'adulte. Restera alors à inscrire cette nouvelle mission en bonne et due forme dans la convention pharmaceutique... et à négocier les honoraires qui devront aller de pair.

Par Laurent Simon

27 Septembre 2018

© Le Pharmacien de France - 2018 - Tous droits réservés