Formulaire de recherche

La sérialisation patine

Le système européen de sécurisation du circuit du médicament rencontre plus de problèmes que prévu

© ADOBESTOCK/STUDIOINDIGO

Si l’on savait que la date butoir du 9 février, qui aurait dû voir la sérialisation être pleinement opérationnelle, ne serait pas respectée, on n’imaginait pas forcément l’ampleur des dysfonctionnements qui grippent actuellement toute la machine. Selon le dernier rapport de l’Organisation européenne de vérification du médicament (EMVO) cité par TICpharma, moins de 80 % des médicaments concernés par la nouvelle réglementation avaient été enregistrés à la mi-avril dans le système et plusieurs centaines de fabricants n’y étaient pas encore connectés.

Ça coince à tous les niveaux

Plus inquiétant, 37 000 officines ne disposaient pas non plus de connexion à la base européenne à cette date. Dans le peloton de queue, on retrouve le Royaume-Uni, avec plus de 6 000 pharmacies toujours hors sérialisation, et la France avec seulement… deux officines reliées au système. Ce dernier a déjà généré 2,5 millions d’alertes, soit près de 5 % des produits scannés. Un taux cent fois supérieur à celui qui est attendu pour un fonctionnement normal. Pêle-mêle, il s’agirait d’erreurs de chargement des données par les industriels, de problèmes de logiciel, de mauvaise configuration des douchettes chargées de scanner les Datamatrix ou encore de lacunes dans la formation des personnels. Rien que ça…

Par Benoît Thelliez

29 Mai 2019

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés