Formulaire de recherche

Inquiétudes sur la Rosp nouvelle génération

Les modalités de la rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp) vont évoluer… mais qu’en sera-t-il de l’enveloppe totale versée aux pharmaciens ?

Lors de la dernière réunion du groupe de travail composé des syndicats de titulaires (FSPF, Uspo, UNPF) et de l’Assurance maladie, le 9 septembre dernier, les pistes évoquées avant l’été ont été confirmées. Parmi elles, on peut citer la création de deux taux intermédiaires destinés à récompenser les pharmacies dont la substitution progresse régulièrement. Plus nouveau, apparaîtraient des critères de performance supplémentaires pour le calcul de la rémunération des pharmaciens par ­l’Assurance maladie. Premier d’entre eux, le taux de mentions « Non substituable » (NS) auxquelles le pharmacien doit faire face. « Il s’agit d’indemniser les pharmaciens qui sont confrontés à des médecins qui utilisent beaucoup le “NS” », explique Philippe Besset, vice-président de la FSPF. Une mesure qui impliquerait que les pharmaciens « topent » systématiquement le « NS ». Autre nouveau paramètre : un bonus serait alloué aux pharmaciens qui substituent sur tout le Répertoire et pas seulement sur certaines molécules, ­histoire de favoriser ceux qui ne se contentent pas de substituer les molécules les plus simples ou les plus rémunératrices. Dernier critère : le maintien d’une seule spécialité générique chez les personnes âgées serait étendu à de nouvelles molécules. Reste maintenant à trouver un accord sur le volet financier de l’opération, ce qui ne sera pas une mince affaire. Les 143 millions d’euros que l’Assurance maladie vous a reversés en 2014 seront-ils a minima reconduits en 2015… et donc en 2016 ? Rien n'est moins sûr. « Les estimations montrent que l’enveloppe globale dévolue à la Rosp génériques serait réduite de près de 20 % en 2015 », assure la FSPF.

Par Laurent Simon

18 Septembre 2015

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés