Formulaire de recherche

Les infos essentielles de l'été

Ces deux mois ont été parmi les plus chauds de l'histoire de France : la preuve grâce à cette sélection d'informations estivales.

© FOTOLIA / BARAMEEFOTOLIA

  • Jocelyne Wittevrongel, actuelle vice-présidente de la FSPF, a été élue présidente de l’Union nationale des professionnels de santé (UNPS), pour un mandat de deux ans. Au sein de cette organisation qui regroupe les syndicats représentatifs de tous les professionnels de santé libéraux (médecins, infirmiers…), elle sera notamment chargée de la négociation de l’accord-cadre interprofessionnel (Acip).
  • Histoire de dynamiser les prescriptions hospitalières de biosimilaires, une expérimentation sera mise en place à compter du 1er octobre pour une durée maximale de trois ans, sur deux types de médicaments : les biosimilaires de l’étanercept (Enbrel) et ceux de l’insuline glargine (Lantus). Les hôpitaux qui participeront seront intéressés, à raison de 45 euros par boîte d'étanercept et 2,63 euros pour l'insuline, soit 30 % de l'économie générée. 
  • Sérialisation, acte II, scène 1. France MVO, l'opérateur hexagonal de cette initiative européenne, pour laquelle les pharmaciens sont en première ligne, a annoncé que la connexion de la base française au « hub européen » se ferait le 5 septembre. Les laboratoires vont donc devoir se mettre en ordre de marche : le système doit être totalement opérationnel d'ici à février 2019. Mission possible ?
  • Le déremboursement des quatre molécules anti-Alzheimer sera-t-il remis en cause ? Effective depuis le 1er août dernier, cette décision de la ministre de la Santé Agnès Buzyn est toujours contestée. France Alzheimer et sept autres associations ont en effet saisi le Conseil d'État le 27 juillet dernier ; il ne s'est pas encore prononcé. Une autre demande d'annulation du déremboursement, portée par un interne en pharmacie de Valenciennes, a, elle, été rejetée sans autre forme de procès le 7 août dernier. 
  • Enterrement de seconde classe pour l'Artotec (diclofénac/misoprostol) du laboratoire Pfizer ! La spécialité sera en effet retirée du marché à compter du 1er octobre prochain, a annoncé l'ANSM le 27 août dernier. En cause, des risques de détournement et d'utilisation hors autorisation de mise sur le marché (AMM) proches de ceux du Cytotec, encore plus élevés depuis le retrait du marché de ce dernier

Par Laurent Simon

29 Août 2018

© Le Pharmacien de France - 2018 - Tous droits réservés