Formulaire de recherche

Les PME de santé défendent leur position

Les entreprises de santé « à taille humaine » françaises et européennes émettent quatre propositions pour valoriser leur potentiel et maintenir une santé de qualité dans l’Hexagone.

Par Alexandra Chopard

© adobestock_zaryamaxim

L’Amlis qui représente et accompagne les PME françaises de santé, le collectif PME (petits et moyens Européens) regroupant 24 laboratoires et Eurazeo, un groupe d’investissement, ont réalisé un Panorama 2022 des petites et moyennes entreprises (PME) et entreprises de taille intermédiaire (ETI) du médicament, françaises ou européennes implantées en France. Les 160 laboratoires ayant participé à l’analyse réalisent un chiffre d’affaires global de 10,6 milliards d’euros et représentent 37 % des ventes totales de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur. Trois handicaps « brident leur dynamique » : la sous-évaluation de la valeur thérapeutique de leurs produits et la baisse de leurs prix, la sous-capitalisation limitant leurs fonds propres et l’augmentation des coûts liés aux exigences réglementaires, notamment pour les produits à faible marge. Pour les compenser, quatre propositions ont été émises. Développer leur attractivité est essentiel, tout comme créer un statut spécifique de PME française de santé. Ces entreprises espèrent également que soit reconnue à sa juste valeur leur contribution au bien-être des patients et à la production locale. Elles souhaitent enfin renforcer la formation et la valorisation des métiers de leur secteur.

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés