Formulaire de recherche

Les aisselles au naturel

À côté des antitranspirants, les officines proposent de plus en plus de déodorants « verts » alliant efficacité et sécurité.

Par Alexandra ChopardPhotographe Sebastian Scheffel

Le marché des déodorants a connu un véritable bouleversement lorsque les formules à base de sels d’aluminium se sont imposées dans la prise en charge des hyperhidroses. Les équipes ont alors pu proposer des références limitant la transpiration plutôt que de se contenter de masquer les odeurs. ­L’officine a depuis lors joué la carte de l’expertise sur cette thématique, délaissant un peu les déodorants non traitants. De leur côté, les grandes surfaces ont poursuivi le développement de ces derniers, misant sur un renouvellement très fréquent des notes parfumées pour stimuler les ventes. Mais les propositions de la GMS ont peu à peu glissé vers le terrain des antitranspirants pour répondre aux attentes des clients en matière ­d’efficacité. Depuis peu, les envies de naturalité et de sécurité de ces derniers les poussent à revenir en pharmacie, à la recherche de produits efficaces et aussi naturels que possible. L’occasion pour les officines de mettre en avant les nouveaux acteurs émergeant sur ce marché, qu’il s’agisse de gammes bio ou de références de niche.

Les options naturelles

Les sels d’aluminium sont le principal ingrédient qui inquiète les consommateurs, même s’il n’y a pas de consensus scientifique à leur propos. Les laboratoires de dermo-cosmétique proposant des formules « naturelles » ont donc misé sur d’autres actifs reconnus pour leur action anti-odeurs − généralement le citrate de triéthyle ou le ricinoléate de zinc – associés à des agents absorbants, comme le kaolin ou la fécule de maïs. Toutes les références présentées dans cette sélection sont sans bicarbonate et beaucoup sont également sans alcool, deux ingrédients dont l’application répétée peut irriter localement. Les huiles essentielles sont présentes dans certaines formules, mais on jouera la prudence lorsque l’utilisateur s’avérera avoir une peau sensible, être une femme enceinte ou un jeune adolescent.

Clarifier l’offre

Les gammes de dermo-cosmétique plus classiques ­proposent également des références sans sels d’aluminium en complément de leurs produits en contenant (Vichy, La Roche-Posay, Avène, Cavaillès, Jonzac…). On veillera à bien matérialiser la différence de composition dans le linéaire, afin de clairement signifier les options ­possibles et faciliter le conseil. 

NOTABENE

PPC = prix public conseillé
Les produits présentés
ici font partie des plus
vendus sur ce marché.
 


© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés