Formulaire de recherche

Vaccination : pas tous en même temps

Malgré les effets indésirables constatés après l'injection du vaccin AstraZeneca, les autorités de santé poursuivent la campagne mais recommandent de ne pas vacciner le même jour tous les membres d'une équipe de soignants.

 

© adobestock_leigh prather

Le déploiement progressif de la vaccination anti-Covid inclut à présent tous les professionnels de santé, quel que soit leur âge. Pour les moins de 65 ans, c'est le vaccin AstraZeneca qui est recommandé. Contrairement aux vaccins Pfizer ou Moderna (dits « à ARNm »), celui-ci utilise la technologie dite « à vecteur viral », reposant sur l'utilisation d'un adénovirus rendu inoffensif. Ce mécanisme n'est pas récent : développé dans les années 1980, il a notamment donné naissance à Dengvaxia, le vaccin contre la dengue.

 

Des effets indésirables attendus

Les premières injections du vaccin AstraZeneca ont été accompagnées du signalement d'effets indésirables tels qu'une douleur au point d'injection, de la fièvre, des maux de tête et de la fatigue. Dans sa conférence de presse du 18 février, le ministre de la Santé, Olivier Véran, est revenu sur le sujet en reconnaissant que ces symptômes « peuvent être gênants [même s'ils] sont bénins et temporaires ». Si ces remontées de pharmacovigilance n'ont pas surpris, elles ont provoqué une mini-pagaille dans certains hôpitaux. Ainsi, à Brest, 20 à 25 % du personnel de l'hôpital a été placé simultanément en arrêt maladie à la suite de la vaccination. Un vrai casse-tête pour l'organisation des services ! Cela a d'ailleurs conduit la direction du CHU à suspendre la campagne de vaccination massive de ses soignants... avant de la reprendre le lendemain, une fois revu l'ordre de passage sous l'aiguille du personnel. Pour limiter ce type de problème organisationnel, le ministre de la Santé recommande donc, en accord avec l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et le conseil d'orientation de la stratégie vaccinale « de ne pas vacciner toute une équipe [...] le même jour ». Un principe de bon sens qui peut également s'appliquer à l'officine.

L'âge, un biais à ne pas ignorer

La fréquence de signalement des effets indésirables et la suspension express de la vaccination a cependant pu inquiéter. Pourtant, de l'avis des experts comme le Dr Eric Billy, médecin et chercheur en immuno-oncologie, spécialiste des vaccins pour le collectif Du côté de la science, ces craintes ne sont pas fondées. Selon lui, il ne faudrait pas oublier que l'âge moyen des vaccinés par l'AstraZeneca est bien plus bas que celui des personnes ayant reçu le vaccin de Pfizer-BioNtech ou de Moderna. Or, « plus le sujet est âgé, plus la réponse du système immunitaire au vaccin est lente à se mettre en place, donc par défaut, les personnes âgées développent moins d’effets secondaires au vaccin, car leur système immunitaire réagit trop faiblement », explique-t-il dans un article du journal 20 minutes« Au contraire, les personnes plus jeunes ont un système immunitaire très réactif, et il est plutôt rassurant qu’il y ait ce genre d’effets secondaires, cela montre qu’il y a une réponse immunitaire ». Des explications qui devraient rassurer, si besoin, les nombreux pharmaciens et préparateurs en pharmacie actuellement dans l'attente de leur rendez-vous vaccinal.

Par Alexandra Chopard

19 Février 2021

© Le Pharmacien de France - 2021 - Tous droits réservés