Formulaire de recherche

N° 1324 Novembre 2020

Interview

Philippe Truelle

« Tout le monde travaille en flux tendu »

Philippe Truelle - président de l’Association des moyens laboratoires et industries de santé (Amlis)

Tout n’est pas permis à l'officine !

Si le Black Friday est finalement reporté au 4 décembre, la prudence s’impose à l’officine car certaines règles sont à respecter.

© adobestock_ivan

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, qui proposait un report de l’opération promotionnelle au 4 décembre a finalement été suivi par les professionnels du commerce. L’idée est notamment d'empêcher Amazon d’empocher le jackpot, le dernier week-end de novembre étant la période de l’année où les Français dépensent le plus. Une opportunité commerciale également pour le réseau officinal ? Pas vraiment puisque les pharmacies ne sont pas logées à la même enseigne. Le filtre déontologique ne permet pas toutes les pratiques et fixe la ligne blanche à ne pas franchir. L’utilisation de procédés racoleurs afin de chercher des clients à l’extérieur de la pharmacie est illicite car ils sont assimilés à une activité de démarchage et de sollicitation de commandes. Les affiches de type « braderie », « prix cassés », « liquidation », « -50% sur la parapharmacie » sont ainsi dans le collimateur. L’article R.5125-28 du Code de la santé publique est très clair : « Il est interdit d’octroyer à la clientèle des primes ou des avantages matériels directs ou indirects ».

Sobriété de rigueur

L’année dernière, le Conseil régional de l'Ordre d’Occitanie avait recadré des pharmacies en découvrant sur Facebook qu’elles organisaient des tombolas pour le Black Friday, avec de nombreux lots à gagner dont une voiture. Seules les promotions restent possibles, sans accroches tapageuses et en respectant la publicité sur les prix qui impose d’indiquer sobrement le prix de référence, le prix réduit, et la durée de la promotion. Enfin, l’article R.4235-58 du Code de la santé publique souligne que toute publicité sur les produits hors monopole est admise à condition de « demeurer loyale ; se présenter sur un support compatible avec la dignité de la profession ; observer tact et mesure dans sa forme et son contenu ; ne pas être trompeuse pour le consommateur ».

Par Fabienne Rizos-Vignal

20 Novembre 2020

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés