Formulaire de recherche

Pourquoi 70 % des entretiens n'ont pas été payés

Les pharmaciens n'ont pas été rémunérés pour plus de deux tiers des entretiens effectués en 2016. Explications.

© FOTOLIA / FRANÇOIS POIRIER

Comment se portent les entretiens pharmaceutiques ? La réponse est dans les chiffres que l'Assurance maladie a diffusés aux syndicats lors de la dernière commission paritaire nationale, le 18 octobre dernier, et pourrait tenir en trois mots : pas très bien. Les entretiens AVK accusent ainsi une forte chute : seulement 9 268 patients étaient inscrits en 2016 quand l'Assurance maladie en comptait 14 775 en 2015. Le nombre d'entretiens asthme, étendus depuis fin juin 2016 à tous les patients traités par corticoïdes inhalés sur une période d'au moins six mois, décolle néanmoins, avec 5 609 adhésions en 2016 contre 3 705 en 2015. Les entretiens AOD, entérinés depuis fin juin 2016, comptaient eux 5 918 adhésions à fin 2016. 

Un entretien effectué au lieu de deux

Le plus problématique est ailleurs : d'après les décomptes de l'Assurance maladie, environ 70 % des entretiens réalisés, asthme, AVK et AOD confondus, n'ont pas été payés aux pharmaciens. Et ce, pour plusieurs raisons. D'abord, pour des problèmes de recrutement : soit les patients s'avéraient non chroniques (9 % de dossiers rejetés pour ce motif), soit ils étaient considérés comme « non traités » par l'Assurance maladie (18,1 % de dossiers rejetés), c'est-à-dire qu'ils ne recevaient pas le traitement (AVK, AOD, corticoïde inhalé...) qui fait l'objet de l'entretien. Autre motif : 8,8 % des dossiers ont tout bêtement été rejetés à cause d'un numéro de Sécurité sociale invalide. « Je pense qu’il s’agit plutôt de régimes d’affiliation erronés », précise Denis Millet, président de la commission Économie de la FSPF. Last but not least, « le critère du nombre d’entretiens requis est un des motifs les plus souvent rencontrés », analyse-t-on à l'Assurance maladie : il représente à lui seul un tiers des rejets de dossiers enregistrés par les pharmaciens !

43 % des dossiers AVK rejetés

En effet, comme le rappelle l'avenant 8 à la convention pharmaceutique publié le 28 juin 2016, « le pharmacien est éligible à la rémunération [...] dès lors qu'il réalise au moins deux entretiens pharmaceutiques au cours de l'année civile de référence ». Il y a tout de même trois exceptions : lorsqu'il s'agit de la deuxième année d'accompagnement dans le cas d'entretiens AOD uniquement, « lorsque l'adhésion intervient au cours du second semestre de l'année de référence » ou en cas de « décès du patient ». Pour les AVK, 43 % des dossiers de 2016 ont été rejetés parce qu’au moins un entretien manquait ; un tiers des dossiers pour les entretiens asthme. Seuls les entretiens AOD sont relativement épargnés, avec 18 % de dossiers rejetés. Des chiffres qui plaident pour une refonte totale du système. Pour l'heure, l'Assurance maladie commente, optimiste : « Nous espérons pour 2018 une nouvelle dynamique qui se traduira par une rémunération plus élevée des pharmaciens. » Actuellement, le montant moyen de rémunération des pharmacies se monte en effet à... 200 euros par an ! 

Par Laurent Simon

2 Novembre 2017

© Le Pharmacien de France - 2017 - Tous droits réservés