Formulaire de recherche

Nicolas Revel quitte l'Assurance maladie pour Matignon

Le désormais ex-directeur général de la Caisse nationale de l'Assurance maladie (Cnam) va prendre la direction du cabinet de Jean Castex, le nouveau Premier ministre.

© miguel medina

Alors qu'il avait été renouvelé dans ses fonctions en novembre 2019, cinq ans après avoir été nommé pour la première fois directeur général de la Cnam et de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam), Nicolas Revel rejoint à Matignon le nouveau Premier ministre, Jean Castex, pour diriger son cabinet. 
Fils de l'écrivain Jean-François Revel et de la journaliste Claude Sarraute, ce diplômé de l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris et de l'École nationale d'administration (ENA) a entamé sa carrière de haut fonctionnaire à la Cour des comptes avant d'enfiler le costume de conseiller technique dans les cabinets de Jean Glavany puis de François Patriat, au ministère de l'Agriculture. En 2003, il devient tour à tour secrétaire général adjoint puis directeur de cabinet de Bertrand Delanoë à la Mairie de Paris où il restera jusqu'en 2012, avant d'être nommé secrétaire général adjoint de l'Elysée en mai de cette même année par François Hollande. Une fonction qu'il exercera en binôme avec un certain Emmanuel Macron. 
Durant les six années passées à la tête de l'Assurance maladie, Nicolas Revel a notamment mené la négociation d'une nouvelle convention médicale, conclue en août 2016, ainsi que celle de nombreux avenants à la convention pharmaceutique, dont le fameux avenant n° 11 que la FSPF n'avait pas signé. À Matignon, il dirigera le cabinet d'un Premier ministre qui n'est lui-même pas étranger des sujets de santé, puisque Jean Castex a déjà occupé la fonction de directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins (DHOS) et celle de directeur de cabinet de Xavier Bertrand lorsque ce dernier était ministre de la Santé. Tout dernièrement, c'est lui qui a été chargé d'élaborer le plan de sortie du confinement, qui lui a d'ailleurs valu le sobriquet de « Monsieur déconfinement ».

Par Benoît Thelliez

3 Juillet 2020

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés