Formulaire de recherche

Les officinaux et la pandémie

Durant l’été 2021, l’URPS Pharmaciens Grand Est a donné la parole aux officinaux de la région.

© adobestock_polkadot

Entre le 11 juillet et le 25 août 2021, un questionnaire a été diffusé auprès des pharmaciens de Grand Est. L’objectif : dresser un état des lieux du ressenti des titulaires et des adjoints après plusieurs mois de crise sanitaire mais aussi de leurs attentes pour l’avenir. Le constat est sans appel. « Sur le terrain, 90 % des professionnels du médicament se sentent en souffrance, fatigués et épuisés moralement, voire proches de la rupture pour plus de 15 % d’entre eux », révèlent les résultats de l’enquête. Manque de visibilité des informations, complexité des tâches administratives ou encore manque de rémunération des nouvelles missions ont largement contribué à miner le moral des pharmaciens.

La vaccination motive les troupes

Près d’un quart d’entre eux, se dit toutefois encore « très motivé ». Presque 70 % des officinaux ayant répondu au questionnaire disent même avoir vécu de manière positive les adaptations de leur pratique durant la crise. Ce qui leur a plu essentiellement ? La vaccination, la coopération avec les autres professionnels de santé et la reconnaissance des patients. Et deux tiers souhaitent que le métier continue d’évoluer sur cette voie, notamment en matière de vaccination. Environ 8 officinaux du Grand Est sur 10 sont ainsi prêts à effectuer les rappels de vaccins.

Par Christophe Micas

3 Décembre 2021

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés