Formulaire de recherche

N° 1324 Novembre 2020

Interview

Philippe Truelle

« Tout le monde travaille en flux tendu »

Philippe Truelle - président de l’Association des moyens laboratoires et industries de santé (Amlis)

Le FIF-PL se redessine

Victime de son succès, le FIF-PL doit réajuster ses plafonds de prise en charge. Il réaffirme pour autant sa place prépondérante dans le paysage de la formation et annonce son passage au tout-numérique à la rentrée.

Le nouveau logo du FIF-PL, présenté jeudi 11 juin. Il n'avait pas été revu depuis la création du fonds, en 1993.

À nouveau logo, nouvelle ère ! Si le fonds interprofessionnel de formation des professionnels libéraux (FIF-PL) dévoilait jeudi 11 juin sa nouvelle image, reprenant les couleurs et la typographie du nouveau logo de l'Union nationale des professions libérales (UNAPL) qui l'a fondé, il signait surtout à cette occasion un double engagement. D'abord celui de la communication, auprès de ses membres comme de ses « stagiaires », entamé avec l'organisation de sa première convention hier. Ensuite celui du tout-numérique : au 1er septembre, l'ensemble des demandes de prise en charge se feront en ligne. Un virage inéluctable au vu du nombre de dossiers désormais traités : en 2014, 126 801 professionnels ont été pris en charge, soit près de 3 millions d’heures de formation continue et 10 000 libéraux formés de plus qu'en 2013. Une dynamique impulsée par la hausse de la cotisation en 2012, « qui a permis d'offrir plus de services aux libéraux » a expliqué Stéphane Fantuz, président du FIF-PL, ainsi que les évolutions réglementaires propres à chaque profession. Les pharmaciens se sont ainsi « massivement portés [en 2014] vers les sessions relatives à la thérapeutique en officine, prenant à bras-le-corps les nouvelles possibilités données par leur convention, dont l'entretien pharmaceutique, explique le fonds dans son rapport d'activité. Cette profession a d'ailleurs bénéficié du fonds de solidarité et de la réserve conjoncturelle du FIF-PL pour des formations sur les nouveaux modes de rémunération ».

Repousser une hausse de la cotisation

Estimant que « les demandes se maintiendront à un haut niveau dans les prochaines années », l'organisation se pose toutefois la question de la pérennité du financement de la formation. D'autant que les plafonds de prise en charge ont été relevés l'an dernier. Les montants engagés par le FIF-PL sont ainsi passés de 41,76 millions d’euros en 2013 à 63,27 millions en 2014, soit une hausse de 51,49 %. En revanche, la collecte n'a augmenté « que » de 6,02 % en 2014 par rapport à 2013, passant de 52,23 millions d’euros à 55,37 millions d’euros (elle était de 27,41 millions d’euros en 2012 avant l’augmentation de la contribution à la formation professionnelle – CFP). Revers de la médaille, pour maintenir ses finances à l'équilibre « tout en repoussant au maximum le moment où une nouvelle augmentation de la CFP sera nécessaire pour faire face à la demande », le FIF-PL réajuste ses plafonds de prise en charge en 2015. Pour les pharmaciens, Philippe Denry précise qu' « à compter du 15 juin, la prise en charge sera plafonnée à 175 euros par jour, au lieu de 250 euros jusqu'ici [et 300 € en 2014, NDLR], et limitée à 525 euros par an au lieu de 1 000 euros [et 1 200 euros en 2014, NDLR] ». Mais le président de la commission Formation professionnelle à la FSPF rassure : « Les pharmaciens tiennent leur budget et il n'y a aucun risque de rupture de fonds, ni de rupture de formation. » Il annonce par ailleurs la volonté cette année de « mettre en place un co-financement entre le FIF-PL et l'organisme gestionnaire du développement professionnel continu (OGDPC). Par exemple pour une formation longue, l'enveloppe du FIF-PL pourrait être complétée, en cas de besoin, par l'OGDPC. Le dispositif existe déjà mais est encore à sécuriser ».

 

[Mise à jour du 10/09/2015 : Le FIF-PL a finalement maintenu les plafonds de prise en charge pour les pharmaciens jusqu'à fin 2015, à savoir 250 euros par jour, dans la limite de 1 000 euros par an. Les critères de prise en charge sont consultables à l'adresse suivante : http://www.fifpl.fr/documents/criteres/4773ZP.pdf.]

 

Par Anne-Laure Mercier

12 Juin 2015

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés