Formulaire de recherche

Familles rurales vous cherche des poux

L'association de consommateurs s'attaque cette fois au marché « juteux » de la lutte contre les poux.

© FOTOLIA/ALEXANDER

Trois mois pile après son étude annuelle sur les prix de l'OTC, l'association de consommateurs s'est penchée sur les produits contre les poux et lentes. Pas seulement sur les tarifs cette fois mais aussi sur les habitudes des familles en la matière. Pour l'occasion, une enquête en ligne a été menée auprès de 1 500 personnes et 37 « veilleurs » ont relevé les prix dans 83 pharmacies, physiques ou en ligne, et dans 50 grandes et moyennes surfaces (GMS), d'abord en septembre 2017 puis en janvier dernier. L'association n'a pas souhaité indiquer quels ont été les produits « ciblés », précisant seulement qu'il s'est agi « des plus vendus, des plus connus, aux principes actifs différents ».
Le panel regroupe de facto plus de 90 lotions et shampoings, « asphyxiants » ou insecticides, – dont seulement une dizaine de références en GMS – et 30 huiles essentielles. Mais impossible donc de savoir qui se cache derrière le produit le plus cher, une lotion notée à 25,90 euros en officine, ou le moins onéreux, un shampoing enregistré à 4,50 euros en GMS. Familles rurales conclut en tout cas que « les shampoings coûtent en moyenne près de 30 % moins chers que les lotions », que « les pharmacies physiques sont en moyenne 15 % plus chères que les sites » et que les prix des antipoux varient ainsi du simple au quintuple selon le lieu d'achat. L'association souligne toutefois que, « si les produits coûtent en moyenne plus chers en officine, les pharmaciens offrent un conseil qui n'est pas accessible en GMS ».

« Un parasite qui coûte cher »

Elle note par ailleurs, dans son enquête en ligne, que si les shampoings et lotions sont quasi devenus un réflexe d'achat pour les familles, l'huile essentielle de lavande reste une option populaire, représentant « un coût supplémentaire qui pourrait être largement évité ». Familles rurales regrette en outre qu'un peigne ne soit pas toujours inclus avec le produit, un cas de figure plus fréquent en grande distribution qu'en officine. L'association constate également qu'ils sont « souvent en plastique ou trop courts », ne leur permettant pas d'être efficaces. Familles rurales complète son analyse des résultats d'une étude française parue en 2015, qui dénonçait l'inefficacité des produits sur le marché, pour en dénoncer un mauvais rapport qualité/prix. Elle assortit enfin ses travaux de conseils à l'intention des familles, pour se débarrasser correctement des poux et lentes, mais ne peut s’empêcher de conclure en renvoyant dos-à-dos pharmaciens et industriels : « Le marché [de ces] produits représente un chiffre d'affaires de 48,4 millions d'euros en 2016. Il est principalement tenu par trois laboratoires : Cooper, Merck et Omega Pharma. Les professionnels n'ont peut-être pas tout à fait intérêt à ce que leurs produits soient efficaces »...

Par Anne-Laure Mercier

15 Mars 2018

Pour aller plus loin

© Le Pharmacien de France - 2018 - Tous droits réservés