Formulaire de recherche

Soutenez les ceintures lombaires

Prendre le temps d’accompagner la délivrance d’une ceinture lombaire avec des conseils pratiques est l’une des clés de la bonne observance. Donc de sa guérison.

Par Alexandra Chopard

Sources : Ameli-sante.fr, Ameli.fr, Lombalgie.fr, thèse de pharmacie d’Estelle Basei, « Les lombalgies chez l’adulte : physiopathologie, signes fonctionnels, traitement médicamenteux et orthopédique » (2005, Nancy), fabricants.

PORT DE L’ORTHÈSE

Plus la douleur est aiguë, plus l’orthèse doit être serrée fermement pour parvenir à soulager le patient. Cependant, ce serrage et la rigidité de la ceinture de soutien lombaire peuvent rendre son port peu confortable. Il s’agit donc de trouver le juste équilibre entre efficacité et confort, afin que l’observance soit la meilleure possible.

Attention aux demandes spontanées de ceintures : une consultation médicale est le plus souvent nécessaire pour ne pas risquer de passer à côté de certaines causes de lombalgie (micro-fractures, métastases…).

UTILISATION DISCONTINUE

Les ceintures se portent tout au long de la journée en cas de lombalgie aiguë, seulement lors d’efforts ou de mouvements à risque lorsqu’elles sont utilisées à titre préventif. Elles ne doivent pas l’être durant la nuit. Si, en journée, les postures sont guidées par l’orthèse, attention donc aux moments où le dos n’est plus soutenu, durant la nuit et au réveil. Pour un sommeil le moins perturbé possible, suggérer certaines positions qui favorisent la détente : en chien de fusil ou sur le dos, avec un coussin sous les genoux, voire un autre glissé au niveau de la courbure lombaire. Au matin, les mouvements devront être précautionneux : pour se lever du lit, rouler sur le flanc, puis venir s’asseoir sur le bord du lit en poussant avec les bras. Il est conseillé, de manière générale, de beaucoup plus solliciter les bras et jambes qu’à l’habitude, afin de faciliter les changements de position.

À noter : la ceinture peut se porter à même la peau ou sur un tee-shirt ajusté, en limitant les plis du tissu, source d’inconfort.

PRISE EN CHARGE

Elle est théoriquement limitée à une ceinture par an. Cependant, un renouvellement précoce est possible si une évolution notable de la pathologie ou de la morphologie du patient peut être démontrée. Côté tarification, la liste des produits et prestations remboursables (LPPR) reconnaît deux codifications, selon la hauteur de l’orthèse de série (hauteur dos de 21 ou de 26 cm). Les orthèses peuvent donner lieu à un dépassement – en particulier dans le cadre d’un usage chronique –, que certaines mutuelles prennent en charge.

ENTRETIEN

L’entretien de ces orthèses doit être abordé lors de la délivrance : le respect des consignes est nécessaire pour conserver leurs performances techniques. Intégrant des tissus techniques, des parties rigides (baleines) et des zones avec scratchs, les ceintures doivent être nettoyées à l’eau tiède savonneuse et bien rincées. Certaines gammes permettent un lavage en machine, à condition de placer l’orthèse dans un filet à linge, afin d’éviter des dommages sur les zones auto-agrippantes.

Attention ! Proscrire l’usage du sèche-linge : le séchage se fait à plat, loin de toute source de chaleur.

MAINTENIR UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE

Le repos strict prolongé a longtemps été prescrit pour soulager les lombalgies mais cette pratique tenait plus de la croyance que de l’evidence based medicine (ou médecine factuelle). Contribuant à l’affaiblissement des muscles du dos, l’alitement est désormais abandonné au profit d’une activité réduite, adaptée aux mouvements tolérables par le patient selon sa pathologie. Le kinésithérapeute pourra le conseiller efficacement sur les exercices à réaliser en portant la ceinture lombaire, laquelle sécurise les mouvements et limite la douleur. Dans tous les cas, une reprise précoce des activités de la vie quotidienne est recommandée pour un maintien de la fonction musculaire.

CAS PARTICULIER

Les ceintures de soutien lombaire (CSL) « maternité »

Elles sont indiquées dans les douleurs pelviennes, sacro-iliaques et les lombalgies de la femme enceinte. Leur utilisation vise à répartir le poids de l’abdomen de la femme enceinte et à réduire l’hyperlordose lombaire. La partie ventrale permet un soutien non élastique (sans compression, rassurez la patiente). Le soutien lombaire repose sur une contention élastique, réglable selon l’intensité de la douleur. Des baleines les rigidifient. Leur utilisation est conseillée à partir du 4e mois, uniquement durant les moments d’activité. Inscrites à la liste des produits et prestations remboursables (LPPR) sous le même item que les ceintures lombaires classiques, ces ceintures de maternité peuvent être prescrites par les médecins, kinésithérapeutes et sages-femmes.

Attention ! Dans le cas d’une prescription par une sage-femme, le remboursement n’est pas acquis, indique l’Assurance maladie (https://goo.gl/6BDLgZ).

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés