Formulaire de recherche

Philippe Gaertner

Président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France

© Miguel Medina

Rendez-vous avec l’avenir

Quand un choix se présente, nous sommes tous partagés entre conservatisme ou progressisme. En signant la convention pharmaceutique en 2012, nous avons fait le choix, dans l’intérêt de la profession, des honoraires pharmaceutiques. Dès lors, nous avons mesuré les conséquences de cette décision et nous n’avons pas dévié depuis, en signant l’avenant qui a conduit aux honoraires de 0,80 euro par boîte à 1 euro au 1er janvier prochain, ainsi que les honoraires pour ordonnance complexe. Pourquoi ? Parce que la FSPF défend l’accès aux médicaments en tout point du territoire, grâce à un réseau officinal sûr, indépendant et de proximité.

La sauvegarde ne peut passer que par une conversion massive et continue de notre rémunération vers ces honoraires. À la boîte aujourd’hui, à l’ordonnance demain, une fois que la prescription électronique sera sur pied. Ce n’est pas en imposant un retour en arrière que les pharmaciens maintiendront les fameux trois piliers – la répartition démo-géographique, le monopole et le capital des officines – mais en devançant les mutations qui s’annoncent. On parle sans cesse de nouvelles missions, mais pour qui ? Pour des professionnels de santé compétents et indépendants.

« Renouvelez-nous
votre confiance
pour que les honoraires
soient menés à terme. »

Or les honoraires pharmaceutiques, négociés pied à pied avec l’Assurance maladie, comme le font les médecins ou les infirmiers, sont la meilleure preuve de cette appartenance à la famille des professionnels libéraux de santé.

Et ce n’est que le début : que ce soit dans l’observance, avec les entretiens pharmaceutiques sur l’asthme, les anticoagulants ou les traitements de substitution aux opiacés, dans la lutte contre la iatrogénie ou la préparation des doses à administrer, pour laquelle nous réclamons une rémunération, le pharmacien sera incontournable… à condition qu’il ne lâche rien de son nouveau statut. C’est pourquoi je vous appelle massivement à renouveler votre confiance à la FSPF lors des prochaines élections aux Unions régionales des professionnels de santé (URPS), pour que ce grand projet puisse être mené à son terme. Les pharmaciens le méritent.

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés