Formulaire de recherche

Un plan d’urgence pour l’officine

Pour pallier les effets des mesures sur le médicament, la FSPF avance une série de propositions rassemblées dans un « plan de revitalisation des officines fragilisées ». Revue de détail.

DR

La rentrée 2015 ressemble aux précédentes. La préparation de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) amène son lot d’inquiétudes autour des comptes sociaux. Avec, toutefois, une nouveauté rétrospective : les dépenses de médicament ont augmenté de 0,5 % en 2014, un trompe-l’œil dû à l’effet Sovaldi selon la FSPF, qui pointe le « siphonnage de l’Ondam [Objectif national de dépenses d’assurance maladie, NDLR] de la ville par l’hôpital ». Une fois « retranchés les médicaments rétrocédés », les baisses de prix sur les spécialités remboursables se monteraient à… 4,1 %.

Sauvetage

« Soulager les trésoreries », « consolider les officines » pour « revitaliser les [plus] fragilisées »… le plan proposé par la FSPF tient en une série de mesures. Exemples : « restructurer l’ensemble des dettes à moyen et long terme, en collaboration avec les banques et les organismes sociaux », créer un « fond d’allègement des charges spécifiques à l’officine » mais aussi « faciliter le recours à des échéanciers pour le paiement des cotisations personnelles » ou mettre en place le remboursement anticipé de la TVA. Voilà un échantillon de ce qui relève du gouvernement. Les autres idées avancées tiennent, elles, à des négociations avec l’Assurance maladie : outre la mensualisation des versements de la rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp), la FSPF demande l’intégration d’un paramètre de « modernisation de l’accès au médicament » dans la Rosp. Autre modulation souhaitée : l’introduction d’un volet « Investissement » pour aménager, dans le cadre des entretiens asthme ou antivitamines K (AVK), des espaces de confidentialité. Enfin, dernières propositions avancées, « une aide au conseil » afin d’élaborer un plan de redressement et un accès prioritaire à la formation continue pour « donner une pérennité aux officines fragilisées ».

Pour aller plus loin

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés