Formulaire de recherche

Les laits infantiles

Appuyer son conseil sur des données scientifiques et législatives encadrant le segment des laits infantiles est un moyen de retisser le lien de confiance avec les parents.

Par Alexandra Chopard

Le point sur plusieurs laits spéciaux

Laits pour prématurés ou petit poids de naissance

Un bébé né avant 37 semaines de grossesse ou pesant moins de 2,5 kg à la naissance a des besoins différents d’un bébé né à terme ou eutrophique : en l’absence d’allaitement, un lait spécifique lui sera prescrit. 
Les laits pour bébés prématurés sont plus caloriques pour répondre aux besoins énergétiques très élevés de cette population : 110 à 135 kcal/kg/j au lieu de 67 kcal/kg/j pour un lait premier âge standard. Ils sont plus riches en glucides mais ont une teneur limitée en lactose par rapport à un lait standard car les prématurés présentent une insuffisance en lactase. Ils contiennent également plus de lipides, avec une large part de triglycérides à chaîne moyenne (TCM) rapidement assimilables. Leur teneur élevée en protéines incite à recommander l’emploi de ces laits spécifiques sur des périodes limitées pour ne pas sursolliciter les reins. Ils seront utilisés au moins jusqu’à la date théorique du terme, voire durant trois mois supplémentaires, ou jusqu’à l’obtention d’un poids satisfaisant. 
Exemples : Pré-Gallia, Modilac Expert Préma, Pré Guigoz Expert…

Laits épaissis et antirégurgitations (AR)

Ils sont enrichis en agents épaississants, limitant les remontées du bol alimentaire. Selon les références, l’agent texturant peut être de l’amidon (maïs, riz…) ou de la caroube (uniquement dans les laits AR). Dans le conseil, en l’absence de recommandation d’un pédiatre, proposer d’abord un lait épaissi à l’amidon (et une tétine adaptée !). Si ce n’est pas suffisant, ou si le bébé présente ensuite une constipation, passer à un lait épaissi à la caroube, voire contenant de l’amidon et de la caroube. 
Exemples : Physiolac AR, Novalac AR, Biostime AR, Gallia Bébé Expert AR…

Laits « relais de l’allaitement »

Lors du sevrage, le choix du type de lait est libre. À l’exception des bébés allergiques, qui seront orientés vers des formules à base d’hydrolysats de protéines (qu’elles soient de lait de vache ou de riz), toutes les propositions des industriels sont potentiellement adaptées. Le terme « relais » n’est qu’une allégation et pas un profil particulier dont les particularités seraient définies par la législation : ces laits n’ont pas d’intérêt nutritionnel spécifique par rapport aux préparations standards.

Des normes strictes à rappeler

La composition des laits infantiles destinés aux enfants de 0 à 3 ans est fixée par des normes européennes et françaises, qui précisent les teneurs minimales et maximales en nutriments, vitamines et minéraux mais aussi en pesticides. La législation s’appuie sur les recommandations d’experts réunis au sein de la European Society for Paediatric Gastroenterology Hepatology and Nutrition (ESPGHAN). Toutes les préparations pour nourrisson (lait premier âge) et de suite (deuxième âge) ont donc respectivement des compositions comparables macroscopiquement. Les différences entre formules sont minimes et jouent sur la présence ou non de prébiotiques, probiotiques, huile de palme… Ils peuvent également être labellisés bio : Biostime, Modilac Expert Bio, Physiolac Bio, Babybio… 
De nouvelles normes vont entrer en vigueur en 2020, notamment sur les teneurs en acide docosahexaénoïque (DHA), en vitamine D et en zinc. Certains laits sont déjà en conformité avec cette future réglementation.

AU COMPTOIR

« Puis-je donner à mon bébé prématuré des probiotiques ? Il a beaucoup de coliques avec son lait spécial. »

VOTRE CONSEIL Chez les prématurés, il est préférable de ne pas utiliser de probiotiques. Ce sont des organismes vivants dont l’utilisation doit être raisonnée chez les bébés aux défenses immunitaires potentiellement affaiblies. N’hésitez pas à en parler à votre médecin.

« Mes parents me conseillent de passer mon bébé de 7 mois au lait de vache, puisque son alimentation est diversifiée. Qu’en pensez-vous ? »

VOTRE CONSEIL Même s’il mange de plus en plus d’aliments solides, le lait constitue toujours la base de l’alimentation de votre bébé. Or, les laits infantiles sont spécialement formulés pour apporter les nutriments en quantités adaptées. Le lait de vache ne contient pas assez d’acides gras essentiels, de fer et de vitamine D, mais, en revanche, trop de protéines et minéraux. Il est important de continuer à donner à votre enfant un lait deuxième âge jusqu’à ses douze mois au moins.

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés