Formulaire de recherche

Philippe Besset

Président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France

© ANH LENOIR

En première ligne

Depuis plusieurs semaines, le Covid-19 perturbe nos vies : écoles fermées, rideaux de la plupart des magasins baissés, population confinée, économie quasiment ­arrêtée… La vie de nos concitoyens est comme suspendue. « Nous sommes en guerre », a martelé le président de la République, appelant chacun à être responsable pour faire face à ce virus. 
Dans ce combat contre cet ennemi invisible, les 26 000 titulaires, les 28 000 adjoints et les 67 000 préparateurs répondent présent et les croix vertes n’ont jamais cessé de briller depuis le début de cette crise sanitaire, malgré des conditions d’exercice parfois difficiles. Il a fallu nous battre auprès des pouvoirs publics pour obtenir des masques de protection pour nous, nos adjoints et nos préparateurs, mais aussi pour que ces derniers bénéficient du dispositif de garde d’enfants comme tous les soignants. Dans cette période délicate, les étudiants nous ont apporté leur soutien en proposant de venir en renfort des équipes officinales. 
Face à cette situation inédite, la pharmacie fait front, reste unie et prouve, s’il en était encore besoin, que le réseau officinal est essentiel à la santé. Oui, nous sommes essentiels à la santé et nous sommes en première ligne. 
En première ligne pour délivrer les masques de protection aux professionnels de santé de ville, fabriquer des solutions hydroalcooliques en période de pénurie, rappeler les consignes de bon usage du paracétamol ou de la chloroquine, mais aussi et surtout pour rassurer nos patients, les accompagner, les aiguiller quand ils présentent des symptômes, ou encore ­assurer la continuité de leurs traitements, ­parfois même en nous déplaçant jusque chez eux pour leur apporter les médicaments dont ils ont besoin. Dans cet esprit, nous avons conclu un accord de partenariat avec la Croix-Rouge française de service gratuit de livraison de médicaments à domicile pour les personnes isolées et vulnérables.
Votre magazine, Le Pharmacien de France, a lui aussi bouleversé ses habitudes. Pendant cette crise, toute l’équipe se mobilise pour vous tenir informés le plus rapidement possible des évolutions de la situation et répondre à vos légitimes interrogations via le média Internet.
À l’heure où j’écris ces lignes, l’épidémie de coronavirus n’est pas encore derrière nous, mais j’ai confiance : nous saurons gérer cette crise comme nous l’avons fait pour les précédentes. N’oubliez jamais que nous faisons partie « des héros en blouses blanches » salués par Emmanuel Macron. Bravo à tous pour votre engagement. Nous pouvons être fiers de notre profession.

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés