Formulaire de recherche

DÉJÀ UN AN DE BILANS DE MÉDICATION

Une quarantaine de pharmaciens d’officine de Mayenne testent depuis début 2017 les bilans de médication. Retour d’expérience.

Par Anne-Gaëlle Moulun

© FOTOLIA/HERRENECK

« L’expérimentation a commencé en mars 2017 », indique Alain Guilleminot, président de l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) pharmaciens Pays de la Loire. Un comité de pilotage a été mis en place avec des pharmaciens d’officine, l’Observatoire du médicament, des dispositifs médicaux et de l’innovation thérapeutique (Omedit) Pays de la Loire et deux pharmaciens hospitaliers membres de la Société française de pharmacie clinique (SFPC). Une quarantaine de pharmaciens de Mayenne ont participé à l’expérimentation, qui prévoyait deux rendez-vous avec le patient, sur la base d’un questionnaire d’analyse des traitements conçu par le comité de pilotage.

En deux temps

Un premier entretien, comprenant un questionnaire sur l’observance et la iatrogénie, permettait de dresser une sorte d’état des lieux médicamenteux. Un second, six mois plus tard, faisait le point sur les acquis et permettait de corriger les messages ou de les rendre plus pertinents. « Nous avons essayé d’intégrer ces bilans de médication dans un accompagnement pluriprofessionnel, souligne Alain Guilleminot. Le pharmacien pouvait proposer le bilan de médication, mais le médecin traitant pouvait aussi le faire. » Grâce à un financement au titre du fonds d’intervention régional (FIR), les pharmaciens étaient rémunérés 60 euros pour le premier entretien et 40 euros pour le second. La mise en place prochaine des bilans de médication partagés au niveau national a mis fin de facto à l’expérimentation. « Mais nous en tirerons des conclusions pour améliorer l’efficacité des bilans de médication conventionnels », note Alain Guilleminot. L’évaluation de l’expérimentation devrait s’effectuer d’ici au mois de juin. 

© Le Pharmacien de France - 2018 - Tous droits réservés