Formulaire de recherche

Les crèmes cicatrisantes

Outils de conseil par excellence, les crèmes cicatrisantes répondent aux blessures de tous les jours. Et se prêtent facilement à la vente associée.

Par par Anaïs BellanPhotographe Miguel Medina

Souvent prescrites par les dermatologues suite à de légères interventions, les crèmes cicatrisantes dermocosmétiques sont faciles à conseiller. De plus, l’équipe officinale peut aisément compléter sa vente en proposant, avec chacune d’entre elles, un soin lavant adapté comme un des pains sans savon d’Avène (on préférera le Pain peaux intolérantes pour les personnes à terrain atopique et présentant de l’eczéma ou du psoriasis), Lipikar Syndet ou le gel Cicaplast B5 lavant de La Roche-Posay, ou encore le pain dermatologique d’A-Derma. Une association avec une protection solaire pendant l’année suivante doit également être conseillée afin d’assurer l’absence de marque au niveau de la cicatrice.

Les crèmes Cicalfate, Cicaplast B5, Cicabio et Epithéliale A.H permettent de répondre aux demandes spontanées pour les irritations du quotidien (gerçures, dartres, perlèches pour Cicalfate), les petites coupures et les éraflures. La prise en charge des petites plaies et des brûlures superficielles peut être assurée par la pommade Cicatryl. Ce produit de premier recours s’utilise seul, sans désinfection préalable. Un simple lavage à l’eau et au savon suffit. En ce qui concerne les cicatrices rouges et/ou boursouflées, le gel BepanthenCica peut être proposé en relais des crèmes précédentes. Il est par ailleurs essentiel d’insister sur l’importance du massage pour ce produit afin d’obtenir une amélioration de l’aspect de la cicatrice. 

CICALFATE CRÈME RÉPARATRICE (Avène)

Tube de 40 ml (existe aussi en 100 ml) /EAN : 3282779027540 / PMC : 8,10 €

Actifs : sucralfate (répare), oxyde et sulfate de zinc (assainissent), sulfate de cuivre (assainit), eau thermale d’Avène (apaise).

Conservation : 12 mois après ouverture.

On aime

L’efficacité, qui est au rendez-vous ! Mais aussi l’utilisation possible sur les muqueuses et le rapport qualité/prix, satisfaisant.

On regrette

La texture épaisse qui pénètre difficilement et fait briller, le tube métallique qui se perce facilement.

CICAPLAST BAUME B5 (La Roche-Posay)

Tube de 40 ml (existe aussi en 100 ml) / EAN : 3337872412998 / PMC : 8,50 €

Actifs : madécassoside issu de Centella asiatica et manganèse (réparent), cuivre, zinc (assainissent), panthénol (apaise).

Conservation : 6 mois après ouverture.

On aime

L’efficacité du produit – il tient ses promesses –, la pénétration rapide pour un baume et le rapport qualité/prix, satisfaisant.

On regrette

L’odeur qui ne fait pas l’unanimité, ainsi que le manque de lisibilité sur le packaging (traduit en plusieurs langues).

CICATRYL (Pierre Fabre Médicament)

14 sachets-doses de 2 g / EAN : 3400932930951 / PMC : 6,60 €

Actifs : allantoïne et vitamine E (réparent), chlorocrésol (antiseptique), guaiazulène (apaise).

Conservation : jusqu’à date de péremption avant ouverture, 24 heures pour un sachet ouvert.

On aime

Le packaging explicite, la présentation en dosettes et l’efficacité, satisfaisante.

On regrette

L’odeur relativement marquée qui ne fait pas l’unanimité, la texture grasse qui pénètre difficilement et la présence de deux excipients à effets notoires (E 2016 et E 218) qui peuvent être à l’origine d’eczémas de contact.

BEPANTHENCICA (Bayer)

Flacon-pompe de 20 g / EAN : 3401020658832 / PMC : 15,80 €

Actifs : silicone (lutte contre la perte en eau de la peau), panthénol (apaise). La bille de massage limite la production de collagène ou casse les fibres de collagène des cicatrices anciennes.

Conservation : non précisée.

On aime

Le flacon-pompe, l’effet lissant obtenu sur la cicatrice à condition de masser assez longtemps (plusieurs minutes).

On regrette

Une utilisation uniquement après cicatrisation, une pénétration un peu longue pour un gel, l’absence de niveau sur le flacon (quantité restante non mesurable) et le prix élevé.

EPITHÉLIALE A.H (A-Derma)

Tube de 40 ml (existe aussi en 100 ml) / EAN : 3282779284660 /PMC : 12,05 €

Actifs : acide hyaluronique, vitamines A et E (réparent), Avoine Rhéalba (apaise).

Conservation : 6 mois après ouverture.

On aime

L’efficacité, au rendez-vous, la bonne pénétration de la crème et son embout canule, pratique et hygiénique.

On regrette

L’odeur qui ne fait pas l’unanimité, l’absence d’actifs assainissants, le petit bouchon qui se perd facilement et le prix.

CICABIO CRÈME RÉPARATRICE APAISANTE (Bioderma)

Tube de 40 ml (existe aussi en 100 ml) /EAN : 3401347869546 / PMC : 9 €

Actifs : resvératrol, cuivre et Centella asiatica (réparent), cuivre et zinc (assainissent), arnica et apigénine (sous-classe des flavonoïdes) = Antalgicine (apaise).

Conservation : 6 mois après ouverture.

On aime

L’embout canule, pratique et hygiénique, la texture non grasse, qui pénètre facilement.

On regrette

La couleur marron de la crème et son odeur qui ne fait pas l’unanimité, ainsi que son prix un peu élevé.

les leaders du marché

Le marché des crèmes cicatrisantes a atteint en 2014 un chiffre d’affaires (CA) d’un peu plus de 51 millions d’euros, en progression de 10,7 % par rapport à l’an dernier. Les produits du groupe Pierre Fabre – gamme Cicalfate d’Avène, produit Cicatryl et gamme Epithéliale d’A-Derma – ont représenté 66,3 % des ventes l’an dernier. Avène écrase à lui seul la concurrence avec 43,7 % de parts de marché (PDM) en CA en 2014 et presque autant en unités vendues. La Roche-Posay réussit péniblement à se faire une place avec 15,5 % des PDM en CA. Les ventes de ses produits Cicaplast ont enregistré une hausse de 5,9 % en 2014 pour atteindre 837 232 unités. Bien qu’honorable, cette progression reste insuffisante pour surpasser la pommade commercialisée par Pierre Fabre Médicament : en effet, plus d’un million de boîtes de Cicatryl ont été vendues en 2014 ! 
Les gammes Cicabio de Bioderma et Epithéliale d’A-Derma affichent quant à elles respectivement des PDM en CA de 7,6 % et 7 %. L’avantage revient sans conteste à la première dont le dynamisme (+ 14,9 % en CA) contraste avec le maintien à l’équilibre de la seconde (+ 0,8 %). Enfin, Bayer a réussi le lancement de son gel BepanthenCica, passant d’à peine 14 000 unités vendues en 2013 à près de 156 000 en 2014. Ce bon résultat, associé aux ventes de sa crème Madécassol, permet au laboratoire de talonner A-Derma et Bioderma.

Source : Source : FSPF-Pharmastat.

PMC = prix moyen constaté


© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés