Formulaire de recherche

C’EST PARTI !

À partir du 15 octobre, les pharmaciens pourront vacciner contre la grippe saisonnière.

© ADOBESTOCK_AYZEK

Comme le prévoit la loi de financement de la sécurité sociale pour 2019, tous les pharmaciens, titulaires et adjoints, peuvent vacciner certains patients contre la grippe, à condition toutefois d’être formés à cette pratique. Il est également nécessaire de s’être déclaré auprès de l’agence régionale de santé (ARS) dont on dépend. Comme la FSPF l’avait demandé, cette déclaration est simplifiée par rapport aux modalités en vigueur pendant l’expérimentation en régions et peut désormais être effectuée « par tout moyen donnant date certaine à la réception de la déclaration » auprès du directeur général de l’ARS, c’est-à-dire aussi bien par courrier recommandé avec accusé de réception que par voie dématérialisée. L’activité de vaccination peut débuter dès confirmation de la réception de cette déclaration. 
Autre condition à respecter : la vaccination doit être réalisée dans des locaux adaptés, à savoir dans un espace de confidentialité clos pour mener l’entretien préalable, atteignable depuis l’espace client et sans accès possible aux médicaments. « Après consultation d’un panel de pharmaciens expérimentateurs, la FSPF a constaté qu’une partie de ce cahier des charges était inadaptée à un certain nombre d’officines ne disposant pas de la place suffisante pour aménager un espace de confidentialité qui soit accessible depuis l’espace client sans passage derrière le comptoir », souligne le syndicat, qui a donc demandé au ministère de la Santé d’adapter le cahier des charges pour autoriser l’accès du patient au local où la vaccination sera pratiquée en empruntant, le cas échéant, une zone où peuvent se trouver des médicaments, dès lors que le patient est accompagné d’un pharmacien. Mais pour l’heure, cette demande est restée lettre morte. En ce qui concerne les patients pouvant être vaccinés contre la grippe saisonnière à l’officine, il s’agit de certaines personnes majeures, ciblées par les recommandations vaccinales en vigueur, à l’exception de celles présentant des antécédents de réaction allergique sévère à l’ovalbumine ou à une vaccination antérieure. Un cadre jugé trop contraignant par la FSPF qui avait plaidé pour une extension de la vaccination à l’ensemble des adultes n’ayant jamais présenté ce type de réaction, ce qui permettrait d’améliorer la couverture vaccinale. Plus largement, le syndicat souhaite qu’à terme les officinaux puissent administrer les rappels de vaccins chez l’adulte.

Nom de code VGP

Une fois la personne vaccinée, il faut inscrire l’acte dans son carnet de santé, son carnet de vaccination ou son dossier médical partagé (DMP). À défaut, une attestation de vaccination lui sera délivrée. En l’absence de DMP, et sous réserve du consentement du patient, ces informations seront transmises au médecin traitant via une messagerie sécurisée de santé. Pour la FSPF, le plus simple est de créer systématiquement un DMP. 
Côté rémunération, chaque pharmacien de métropole percevra des honoraires de 6,30 euros hors taxes (HT) par vaccination effectuée, conformément à l’avenant n° 16 à la convention pharmaceutique paru au Journal officiel du 6 septembre. Ce montant sera de 6,60 euros HT pour les départements et collectivités d’outre-mer. La facture devra porter le code acte VGP pour « vaccination grippe pharmacie ». 

Qui peut-on vacciner ?

  • Les personnes âgées de 65 ans et plus.
  • Les femmes enceintes, quel que soit le trimestre de la grossesse.
  • Les personnes adultes âgées d’au moins 18 ans et atteintes des pathologies visées par les recommandations vaccinales du ministère de la Santé.
  • Les personnes obèses avec un indice de masse corporelle égal ou supérieur à 40 kg/m², sans pathologie associée ou atteintes d’une pathologie autre que celles listées ci-dessus.
  • Les personnes adultes séjournant dans un établissement de soins de suite ainsi que dans un établissement médico-social d’hébergement.
  • L’entourage des nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave.
  • Les professionnels de santé et tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère (médecins généralistes, gynécologues, pédiatres, infirmiers, sages-femmes, masseurs-kinésithérapeutes, pharmaciens titulaires d’officine et chirurgiens-dentistes).
  • Le personnel navigant des bateaux de croisière et des avions et celui de l’industrie des voyages accompagnant des groupes de voyageurs (guides).

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés