Formulaire de recherche

Philippe Gaertner

Président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France

© Miguel Medina

Battre la campagne

Si une élection n’est jamais acquise, une réélection l’est encore moins. En me faisant confiance à l’unanimité des voix exprimées le 22 mars dernier, pour les trois années à venir – qui seront mes dernières à la tête de la Fédération –, je tâcherai d’être la voix de tous ceux qui m’ont donné leur vote mais aussi, je ne l’oublie pas, de tous les autres. 
Nous devrons renégocier la convention pharmaceutique avec l’Assurance maladie en 2017 mais d’autres élections, nationales celle-ci, nous attendent également. C’est dès maintenant que nous devons peser pour que les politiques, au moment de la constitution des programmes pour la présidentielle de mai, donnent à la pharmacie la place qu’elle mérite dans le débat. Pour que, quelle que soit la personne qui s’affichera à 20 heures sur nos écrans le 7 mai 2017, elle ait dans un coin de sa tête une place pour le comptoir et ses problématiques. Mission impossible ? Je ne crois pas. Le congrès de Nantes sera à ce titre un des hauts lieux de l’actualité en octobre prochain. 

« Je veux que ce
nouveau mandat soit
entièrement consacré
à la proximité. »

Je veux que ce nouveau mandat soit entièrement consacré à la proximité : aussi, moi-même et tous les élus du bureau national allons venir à votre rencontre dans le cadre d’un tour de France des régions et des départements pour renforcer le lien qui vous unit à la Fédération. Nous ne triompherons des difficultés qu’en étant rassemblés autour d’une idée simple : le pharmacien doit continuer à se libérer de sa dépendance économique aux boîtes de médicaments. Une première étape a été franchie depuis 2012 en introduisant les honoraires ; il nous reste maintenant à concrétiser ce que nous appelons tous de nos vœux. Je veux dire assurer la pérennité de nos entreprises ET l’amélioration continuelle de la prise en charge de nos patients à travers, par exemple, des honoraires à l’ordonnance ou l’extension des entretiens pharmaceutiques. Pour cela, j’aurai besoin de vous dans les trois ans à venir !

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés