Formulaire de recherche

Philippe Denry

Vice-président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France

© ANH LENOIR

Avec vous

La crise sanitaire que traverse actuellement notre pays le montre chaque jour : les pharmacies et leurs titulaires, avec les adjoints, les préparateurs et les apprentis préparateurs, constituent des rouages essentiels de notre système de soins. Mais les officines, si indispensables à la santé des Français, sont aussi des entreprises que l’épidémie de Covid-19 frappe de plein fouet et qui doivent faire face à la chute brutale de leur activité et à des changements sociaux multiples. 
Dans ce contexte social inédit, la FSPF a décidé d’agir en faveur des employeurs et des salariés des 22 000 officines françaises. En un temps record, nous sommes parvenus, avec l’ensemble des partenaires sociaux de la branche, à régler des dossiers enlisés depuis des années.
Nous avons réussi à trouver des solutions afin d’améliorer les droits en prévoyance et en santé des salariés placés en chômage partiel ou en arrêt de travail à cause du Covid-19, sans hausse des cotisations ni pour eux ni pour les entreprises. Il était inconcevable pour nous que des salariés et des employeurs au front pour combattre l’épidémie puissent être pénalisés. Le maintien de ces prestations sera financé par les réserves de la pharmacie d’officine qui seront désormais gérées conjointement par les partenaires sociaux et les deux principaux assureurs. Nous avons aussi pu apaiser la gestion des régimes de santé et de prévoyance entre les assureurs et les partenaires sociaux. C’est un point positif pour le dialogue social et le fonctionnement de la branche de la pharmacie d’officine.
L’un des autres dossiers qu’il est urgent de régler concerne les modalités de l’examen pour l’obtention du diplôme de préparateur pour l’année en cours. La FSPF a interpellé les ministres de la Santé et de l’Éducation nationale pour trouver des solutions qui impliqueront les maîtres ­d’apprentissage dans la notation finale. Il nous paraît en effet impossible d’accorder ce diplôme de santé publique sans qu’il y ait un regard fort des maîtres d’apprentissage et de la profession. En effet, ce diplôme donne un accès direct à l’exercice d’une profession de santé réglementée. Le contrôle continu n’est pas suffisant pour l’accorder.
Vous le voyez, avec nos 22 000 officines et nos 120 000 salariés, le champ du social dans notre secteur d’activité est vaste. Et, en tant que premier syndicat patronal de la branche, le rôle de la FSPF est d’accompagner également les titulaires dans ce domaine, d’analyser et de simplifier l’application des textes législatifs parfois très compliqués et en perpétuel mouvement. Notre mission est aussi de donner les clés aux pharmaciens afin de faciliter leur rôle de chef d’entreprise. Durant cette période difficile, comme après la crise, vous pouvez compter sur la FSPF pour vous soutenir, vous accompagner et être avec vous. Tout le temps et partout.

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés