Formulaire de recherche

David Pérard

Président de la commission Communication de la FSPF

© Sebastian Scheffel

2022, c’est demain

La date est déjà dans toutes les têtes : le 22 février prochain s’ouvriront les négociations de la prochaine convention pharmaceutique. Je n’insisterai pas ici sur l’importance de ce texte pour la profession (lire « L’interview » de Philippe Gaertner). Non, je voudrais vous parler d’un autre enjeu, tout aussi important, qui lui succédera presque immédiatement : l’élection présidentielle. 
Depuis le début de cette campagne à la mandature suprême, la santé a joué – pour la première fois depuis trop longtemps – un rôle de premier plan. Déremboursements, franchises, petit ou grand risque, accès aux soins, déserts médicaux ou pharmaceutiques, ces questions ont investi d’un coup le débat public, ce qui est une excellente chose. Car la pharmacie est évidemment au cœur de cette santé de proximité que les Français appellent de leurs vœux. Reste à savoir si les politiques en sont pleinement conscients. 

« Nous avons entamé
un cycle de rencontres
avec les équipes des
principaux candidats. »

C’est pour cette raison que nous avons entamé un cycle de rencontres avec les équipes des principaux candidats à la présidentielle pour leur prouver qu’en matière de soins, l’officine est incontournable… si toutefois ils n’en n’étaient pas déjà persuadés ! 
À l’heure des grands choix stratégiques qui gouverneront les cinq années à venir, la voix des pharmaciens doit se faire entendre dans le brouhaha politico-médiatique. Pour ce faire, nous nous dotons d’un nouvel outil : le site Mapharmacie2022.fr – qui aura été mis en ligne à l’heure où vous lirez cet édito – vous permettra d’avoir accès à un état des lieux de toutes les propositions des principaux candidats en matière de santé, notamment de pharmacie d’officine, et d’agir en connaissance de cause. Il comprendra également une compilation de l’intégralité des contacts que vos élus syndicaux auront eus au niveau local avec les députés, les sénateurs et les maires, autrement dit tous ceux susceptibles d’influencer les candidats à l’élection présidentielle dans la bonne direction, celle que nous et beaucoup d’autres préconisons : nous donner les moyens d’améliorer la qualité des soins et le maintien de l’accessibilité des officines.

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés