Formulaire de recherche

Une vitamine D visée par une rumeur

Des parents de nourrissons encouragent, sans fondement scientifique, le boycott d'Adrigyl au profit d'autres spécialités.

 

© FOTOLIA/VECTOR_V

Avez-vous remarqué une diversification des demandes des jeunes parents en matière de supplémentation en vitamine D ? La recherche du mot-clé Adrigyl sur Instagram ou sur Facebook pourrait vous éclairer. Cette spécialité du laboratoire Crinex, indiquée pour prévenir le rachitisme, est actuellement décriée par des parents de nourrissons qui la soupçonnent d'être à l'origine de symptômes variés observés chez leurs enfants : troubles digestifs, sommeil perturbé, éruptions cutanées...

Haro sur le E321

Un groupe privé Facebook (accessible sur demande auprès des administrateurs) consacré à cette problématique réunit actuellement plus de mille personnes. Son objectif : « Rassembler la description des symptômes conséquents à la prise d’Adrigyl vitamine D pour chaque bébé, ce qui permettra d’établir des corrélations afin de constituer un dossier pour défendre notre cause auprès de l’ANSM [Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, NDLR] et faire un signalement de groupe. » Le composant qui cristallise les inquiétudes des parents est le butylhydroxytoluène, plus connu sous les appellations BHT ou E321, un antioxydant de synthèse également utilisé dans l'industrie alimentaire. Son usage ne fait actuellement pas l'objet d'une remise en cause, même si un possible effet de perturbateur endocrinien est encore à l'étude. Contacté, le laboratoire Crinex précise que « ces rumeurs ne sont étayées par aucune information scientifique validée à ce jour », que « l’ensemble des excipients utilisés dans Adrigyl sont tous inscrits à la Pharmacopée européenne » et qu’« ils sont d’ailleurs utilisés couramment dans de nombreuses spécialités pharmaceutiques ».  

Autres compositions, même griefs

Dans les messages partagés sur les réseaux sociaux, les parents qui relaient les témoignages alarmistes recommandent de renoncer à cette spécialité… ainsi qu'à plusieurs autres dont Zyma D, Zyma Duo et Fluostérol ! Alors que leurs compositions (conservateurs, arômes…) diffèrent, ils semblent logés à la même enseigne qu'Adrigyl pour avoir provoqué « des symptômes identiques », toujours selon les témoignages rapportés.  Pour ouvrir le dialogue au comptoir, rappelez que chacun peut effectuer une déclaration de pharmacovigilance en ligne, et insistez sur l'importance d'une supplémentation en vitamine D durant toute l'enfance.

Par Alexandra Chopard

10 Mai 2019

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés