Formulaire de recherche

Une rémunération pour la dispensation des masques aux malades

La dispensation par les pharmaciens de masques de protection issus du stock de l’État à certains patients est indemnisée à hauteur de 2 euros.

© adobestock_actiongp

Le déconfinement de la population a démarré ce 11 mai et la nouvelle stratégie de distribution des masques par les pharmaciens se met en place. Et celle-ci est désormais indemnisée. « Les organisations syndicales représentatives ont obtenu qu’une rémunération soit versée aux pharmaciens d’officine en contrepartie du travail supplémentaire induit par l’élargissement des bénéficiaires de masques », indique ainsi la FSPF. En pratique, les dispensations de masques aux patients (malades, personnes contacts, personnes à très haut risque médical) seront rémunérées 2 euros. « Les deux syndicats de pharmaciens ont reçu un message de l’Assurance maladie dimanche 10 mai leur indiquant que cette rémunération était applicable à partir du 11 mai », précise le président de la FSPF, Philippe Besset. 
En ce qui concerne, la délivrance aux professionnels éligibles, le principe d’une indemnisation est accepté (avec prise en compte des mois de mars et d’avril), indique la FSPF. Son montant est toujours en négociation, mais les discussions devraient aboutir demain 12 mai.

Traçabilité facultative

Autre nouveauté, la traçabilité des délivrances devient facultative. Toutefois, pour la FSPF, elle reste recommandée afin d’obtenir la rémunération de l’acte de dispensation de ces masques, de mesurer les quantités délivrées et de permettre la gestion des commandes auprès des grossistes-répartiteurs. Le syndicat propose plusieurs méthodes (traçabilité papier, plate-forme Amelipro, dispositif régional) mais privilégie pour sa simplicité l’utilisation du logiciel de gestion officinale au moyen de deux codes CIP/ACL créés à cet effet dans les bases de données (2041836, Masque CHIR adulte et enfant, TVA 5,5 %, prix de vente 0,01 euro, PHN ; 2041842 Masque FFP2, TVA 5,5 %, prix de vente 0 ou 0,01 euro si impossibilité, PHN). « Le tarif de 0,01 euro ne devra pas être facturé en fin d’acte (mettre en remise, CGC…), il ne sert que pour la traçabilité et les commandes futures », souligne la FSPF.

Par Christophe Micas

11 Mai 2020

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés