Formulaire de recherche

Une grippe pas comme les autres

Début tardif de l’épidémie, couverture vaccinale en augmentation, rupture de vaccin… cette année déroge à toutes les règles.

© FOTOLIA/ABSENT84

Hasard de l’épidémiologie, c’est dans une région autorisant la vaccination antigrippale en officine, l’Occitanie, que l’épidémie a officiellement débuté cet hiver. Toutes les autres régions françaises (sauf les Pays de la Loire et la Corse) sont actuellement en phase pré-épidémique, selon le bulletin hebdomadaire publié mercredi 9 janvier par l’agence Santé publique France. Si la grippe n’est pas encore très présente dans l’Hexagone, les vaccins se font déjà rares depuis la mi-décembre. Côté couverture vaccinale des personnes à risque, les chiffres de l’Assurance maladie montrent une légère augmentation cette année par rapport à la saison dernière. En France métropolitaine, elle est passée de 41,3 % à 42,9 %, soit 1,6 % de mieux cette année. Cependant, ce taux de personnes vaccinées demeure insuffisant, l’objectif pour les « sujets à risque » étant fixé à 75 %.

Les bonnes stats de l'officine

Cette petite amélioration de la couverture vaccinale est-elle à mettre en lien avec l’extension du nombre de régions autorisant la vaccination en officine ? Impossible à affirmer, faute de recul. L'Ordre des pharmaciens indique cependant que dans les quatre régions concernées (Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine, Hauts-de-France et, donc, Occitanie), ce sont pas moins de 13 014 pharmaciens qui ont été formés. Ils ont réalisé 694 102 vaccinations (données au 10 janvier 2019). L’immense majorité des patients vaccinés par le biais de ce dispositif étaient en possession d’un bon (94,21 %). Seuls 2,22 % n’avaient ni bon ni ordonnance. Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, les prélèvements réalisés par les médecins français et européens ont montré que les souches circulantes de virus grippal correspondent à celles présentes dans les vaccins. Même s’il reste délicat de prévoir la sévérité de l’épidémie, c'est un élément rassurant à partager avec vos patients.

Par Alexandra Chopard

10 Janvier 2019

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés