Formulaire de recherche

N° 1324 Novembre 2020

Interview

Philippe Truelle

« Tout le monde travaille en flux tendu »

Philippe Truelle - président de l’Association des moyens laboratoires et industries de santé (Amlis)

Triste record

72 %

C'est la hausse spectaculaire des signalements de risques de tensions d'approvisionnement et de ruptures de stocks de médicaments entre 2018 et 2019. 

Dans son rap­port annuel d'ac­ti­vité mis en ligne le 5 no­vembre, l'Agence na­tio­nale de sé­cu­rité du mé­di­ca­ment et des pro­duits de santé (ANSM) indique un to­tal de 1 504 si­gna­le­ments en­re­gis­trés pour 2019, ce qui consti­tue un nou­veau record, après ce­lui de 2018 qui culmi­nait à 871 si­gna­le­ments. Cela confirme une ac­cé­lé­ra­tion de l'aug­men­ta­tion des risques de ten­sions et de rup­tures de­puis 2017. L'ANSM rap­pelle que son ac­tion se concentre sur les mé­di­ca­ments es­sen­tiels, ceux d'in­té­rêt thé­ra­peu­tique ma­jeur (MITM) et « ceux dont l'in­dis­po­ni­bi­lité peut en­traî­ner un risque de santé pu­blique ». Exemple : la mi­to­my­cine C dans le trai­te­ment du can­cer de la ves­sie, pour la­quelle l'Agence a res­treint l'uti­li­sa­tion à six in­di­ca­tions prio­ri­taires après que le la­bo­ra­toire Kyowa Ki­rin Pharma France a an­noncé une rup­ture to­tale en mai 2019. Dans le dé­tail, 19 % des si­gna­le­ments ef­fec­tués en 2019 (soit 275) ont concerné des mé­di­ca­ments pour le sys­tème ner­veux, 15,5 % (340 si­gna­le­ments) des mé­di­ca­ments pour le sys­tème car­dio-vas­cu­laire et 13,6 % (111 si­gna­le­ments) des ré­fé­rences agis­sant sur le sys­tème di­ges­tif et le métabolisme. La loi de fi­nan­ce­ment de la sé­cu­rité so­ciale (LFSS) pour 2020 pré­voit la consti­tu­tion par les la­bo­ra­toires d’un stock de sé­cu­rité pour chacune de leurs spé­cia­li­tés destinées au marché national.

Par Hélène Bry

6 Novembre 2020

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés