Formulaire de recherche

La substitution stagne depuis un an

L'année 2015 est marquée par le ralentissement de la percée des génériques.

 

À la veille de la renégociation par les syndicats et l'Assurance maladie de la rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp) pour l'année 2016, dont la première séance se tiendra le 5 novembre prochain, comment se porte la substitution générique dans l'Hexagone ? Réponse : elle stagne, à en juger les chiffres divulgués par l'Assurance maladie lors de la commission paritaire nationale du 14 octobre dernier. Depuis la signature de l'avenant 9 en novembre 2014, « le taux de génériques global est à 83,2 %, ce qui représente une légère régression de 0,41 point », précise-t-elle. Entre départements, les performances sont évidemment très disparates. Les dix meilleurs élèves en termes de croissance de taux de substitution – toujours depuis novembre 2014 – sont :

Département Taux de substitution
(17/09/15 au 23/09/15)
Évolution
depuis novembre 2014
Vaucluse 87,2 % 6,15 %
Martinique 77,2 % 5,01 %
Corse-du-Sud 79,4 % 3,52 %
Haute-Corse 79,7 % 3,41 %
Tarn 85,8 % 3,27 %
Guyane 80,3 % 1,82 %
Mayotte 83,0 % 1,29 %
Haute-Garonne 83,4 % 1,19 %
Aude 85,5 % 1,18 %
Dordogne 81,9 % 1,17 %

 

Côté molécules, remarque l'Assurance maladie, « 13 molécules ciblées pour la Rosp ont un taux de substitution supérieur ou égal à leur objectif […], 16 sont en-dessous […] dont 14 à moins de 5 points ». Les trois molécules dont la substitution a évolué le plus fortement entre novembre 2014 et septembre 2015 sont logiquement celles qui sont sorties le plus récemment, à savoir le célécoxib (73,9 %), la mométasone (59,6 %) et l'almotriptan (51,2 %), toutes trois génériquées depuis janvier 2015. Sur les autres, les pharmaciens ont particulièrement bien substitué le gliclazide (+ 26,7 pts), la rispéridone (+ 5,2 pt) ou l'anastrozole (+ 2,8 pts).

La fin d'année 2015 sera tout de même marquée par quelques échéances brevetaires, plus ou moins importantes, parmi lesquelles la prégabaline, la duloxétine ou l'aripiprazole, dont les génériques sont prévus d'ici à décembre 2015, pour un chiffre d'affaires cumulé de 272 millions d'euros. De quoi se refaire avant 2016 ? 

Par Laurent Simon

27 Octobre 2015

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés