Formulaire de recherche

Rejoignez la lutte contre la douleur

La Société française d'étude et de traitement de la douleur veut renforcer l'implication des pharmaciens d'officine dans ce domaine.

À l'occasion de la sortie de son livre blanc qui dresse un état des lieux pour le moins contrasté de la prise en charge de la douleur en France, la Société française d'étude et de traitement de la douleur (SFETD) espère voir les pharmaciens s'emparer pleinement de cette question. Son président, le professeur Serge Perrot (Hôpital Cochin, Paris), explique que ces derniers « sont confrontés quotidiennement à des patients douloureux » mais y sont paradoxalement « peu formés », à l’instar d'ailleurs de tous les étudiants en santé à qui l’on dispense un maximum de vingt heures de cours spécifiques durant toutes leurs études, comme c'est le cas pour les médecins. La SFETD rappelle à cet effet qu’elle mène ponctuellement des formations à destination des pharmaciens pour les aider à se mettre à jour.

Plaidoyer pour un entretien « douleur »

Parmi les sept propositions formulées dans son livre blanc à l'intention des pharmaciens, on retiendra particulièrement celle qui vise à « identifier, quantifier et valoriser l’acte de premier recours permettant de détecter et d’alerter sur des comportements déviants, tels que la surconsommation d’antalgiques en accès libre ». Le professeur Perrot avoue également attendre « le développement formalisé d’un entretien pharmaceutique spécifique à la douleur » et en profite pour lancer un appel « plus ciblé » aux pharmaciens qui souhaiteraient rejoindre la toute nouvelle commission qui leur est entièrement consacrée au sein de la SFETD. À bon entendeur...

Par Benoît Thelliez

19 Octobre 2017

© Le Pharmacien de France - 2017 - Tous droits réservés