Formulaire de recherche

Quid des tests antigéniques après le 15 octobre ?

À partir du 15 octobre, les tests antigéniques ne seront plus systématiquement remboursés. Ceux dits « de confort » deviendront payants.

© adobestock_jeanluc

Dès le 15 oc­tobre, no­tam­ment pour in­ci­ter à la vac­ci­na­tion, les tests an­ti­gé­niques et RT-PCR ne se­ront plus rem­bour­sés. Mais pour évi­ter que cette fin de la gra­tuité ne fasse re­mon­ter en flèche les conta­mi­na­tions, le mi­nis­tère de la Santé étu­die, en concer­ta­tion avec les syn­di­cats d’officinaux, plu­sieurs pistes pour pré­ser­ver la vo­ca­tion prin­ci­pale des tests : dé­tec­ter les cas po­si­tifs et les iso­ler. Ainsi, Phi­lippe Bes­set, le pré­sident de la FSPF, ex­po­sait ce 10 sep­tembre dans son live du ven­dredi, les dif­fé­rentes pistes de tra­vail étu­diées par le mi­nis­tère afin qu'une par­tie des tests reste tout de même rem­bour­sée. 
Pre­mière so­lu­tion en­vi­sa­gée, qui « tient la corde » se­lon Phi­lippe Bes­set, « lais­ser les per­sonnes libres de la rai­son, du mo­tif pour le­quel ils veulent faire un test an­ti­gé­nique ou PCR, en phar­ma­cie ou en la­bo­ra­toire ». En d'autres termes, si un pa­tient se pré­sente comme étant symp­to­ma­tique ou cas contact, il sera dé­pisté gra­tui­te­ment, comme avant. Mais si son test est né­ga­tif, il n'ob­tien­dra pas de QR code va­lant pass sa­ni­taire. Et si une per­sonne, non vac­ci­née, se pré­sente « pour avoir un pass ac­ti­vité, elle de­vra payer 25 eu­ros »

Dé­ci­sion at­ten­due mardi

Autre so­lu­tion en­vi­sa­gée : lais­ser au phar­ma­cien ou au bio­lo­giste le soin d'ap­pré­cier la si­tua­tion, « de sa­voir si la per­sonne né­ces­site un test, si elle est symp­to­ma­tique ou cas contact », au­quel cas elle ne paye pas, ou si elle vient pour un test de confort, payant donc, pour al­ler au res­tau­rant par exemple. « Cette so­lu­tion met une pres­sion un peu plus forte sur les pro­fes­sion­nels », ana­lyse Phi­lippe Bes­set, « mais c'est aussi notre rôle d'as­su­mer, un peu comme pour les Trod an­gine, le choix de sa­voir s'il y a symp­tômes ou pas, rem­bour­se­ment ou pas… » Troi­sième piste, qui semble être la moins pri­vi­lé­giée, celle d'une consul­ta­tion mé­di­cale préa­lable pour avoir droit au rem­bour­se­ment. Elle ris­que­rait d'en­gor­ger les ca­bi­nets mé­di­caux et de re­tar­der la dé­tec­tion pré­coce du vi­rus. 
La dé­ci­sion sur ces mo­da­li­tés pra­tiques d'ac­cueil et d'orien­ta­tion des pa­tients à l'of­fi­cine devrait être rendue mardi 14 septembre. En at­ten­dant, Phi­lippe Bes­set a très cha­leu­reu­se­ment remercié les phar­ma­ciens mas­si­ve­ment mo­bi­li­sés tout l'été pour ces tests ainsi que pour la vaccination : « Fé­li­ci­ta­tions aux confrères pour avoir tenu ce rythme in­fer­nal. » Se­lon lui, c'est « grâce aux phar­ma­ciens [que] le pays a évité un nou­veau confi­ne­ment ».

Par Hélène Bry

10 Septembre 2021

© Le Pharmacien de France - 2021 - Tous droits réservés