Formulaire de recherche

Les prix de cession dégringolent... encore

Le baromètre annuel publié par Interfimo confirme les tendances du marché des cessions officinales : avec des ventes à 80 % du CA en moyenne, il s'agit de la septième année consécutive de décrue. Analyse.

 

Les années se suivent et se ressemblent : que cela soit en excédent brut d'exploitation (EBE) ou en chiffre d'affaires (CA), le marché des officines s'assagit d'année en année. Selon le baromètre annuel d'Interfimo, les prix de cession s'établissent ainsi en moyenne à 6,5 fois l'EBE en 2014 (6,9 fois en 2013), avec les sempiternelles disparités régionales : en tête de peloton, l'Alsace, toujours favorisée par un quorum avantageux, mais aussi tout le grand Sud, qui émarge au-delà de 7 fois l'EBE. Lanterne rouge : la région Centre, avec un faiblard 5,3 fois l'EBE. Seules régions en augmentation pour l'année écoulée : le Languedoc-Roussillon où il fait apparemment bon vivre et bon vendre puisque le multiple d'EBE passe de 6,7 à 7,2. La Corse est également très bien lotie avec un bond de 6,8 à 8,9 fois l'EBE mais sur un nombre de cessions certainement beaucoup plus restreint ! Record de France.

EBE ou CA ?

La carte de France de l'EBE, un indicateur de santé financière prisé par les experts-comptables, est néanmoins légèrement différente de celle des ventes valorisées en fonction du CA, un critère qui reste, lui, populaire chez les pharmaciens cédants et acheteurs. Paradoxe : un département comme Paris conserve un EBE avantageux (7,2) mais rétrocède de nombreuses places en termes de CA, pour devenir, de ce point de vue, une des régions les moins chères de France avec des ventes à 76 % du CA, au lieu de 83 % en 2013. Paris précède encore l'Île-de-France, la Lorraine, l'Auvergne et fait toujours jeu égal avec le Centre. Un vrai retournement de marché.

Marché de parts

Derniers enseignements tirés par Interfimo : 2014 confirme que les grosses pharmacies se valorisent mieux que les petites à la vente. Un fond dont le CA dépasse les 2 millions d'euros se vendra en moyenne 85 % de son CA, contre moins de 70 % pour une officine qui fait moins de 1,2 million d'euros de CA. Un monde les sépare. D'autre part, les 500 sociétés de participation financière des professionnels libéraux (SPF-PL), en croissance en France, et les sociétés d'exercice libéral (SEL) tendent à transformer le « vieux » marché de cession de fonds de commerce en un « nouveau » marché de cession de parts de société. Bienvenue en 2015.

 

Par Laurent Simon

26 Mars 2015

© Le Pharmacien de France - 2021 - Tous droits réservés