Formulaire de recherche

Prégabaline : entrée en vigueur des nouvelles règles

La nouvelle législation concernant la prégabaline va entrer en vigueur le 24 mai prochain.

©adobestock_GoodIdeas

Le délai avant mise en application de l'arrêté, paru au Journal officiel le 24 février dernier, est cette fois bientôt écoulé : à partir du lundi 24 mai, la prégabaline (Lyrica et génériques) devra obligatoirement être prescrite sur une ordonnance sécurisée. La délivrance ne pourra être renouvelée que cinq fois maximum, si le prescripteur le spécifie. Une même ordonnance ne pourra donc pas permettre une délivrance de plus de six mois de traitement maximum. Une nouvelle visite médicale sera ainsi nécessaire tous les six mois pour une poursuite du traitement. Dans son courrier daté du 5 mai envoyé aux professionnels de santé, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) précise que « le chevauchement des ordonnances reste autorisé afin d’éviter toute interruption brutale du traitement chez les patients épileptiques ». Elle rappelle, en outre, que « toute prescription concomitante de prégabaline avec des opioïdes doit être effectuée avec précaution », et que « chez les patients présentant un risque de mésusage, un report vers la gabapentine (Neurontin et générique), un autre gabapentinoïde, doit être surveillé et signalé le cas échéant à votre centre d’addictovigilance ». Comme habituellement, « la prégabaline doit être délivrée dans les plus petits conditionnements possibles, adaptés à la prescription ». En cas d'arrêt du traitement, « la posologie doit être diminuée progressivement pour éviter un syndrome de sevrage ».

Lutter contre le mésusage

Cette évolution de la législation vise à limiter le mésusage à présent très bien connu de la prégabaline. Le dernier rapport du Centre d’évaluation et d'information sur la pharmacodépendance-addictovigilance (CEIP-A) de Toulouse, rédigé en 2020, a montré une augmentation importante du nombre de cas d’abus, de dépendance, de mésusage et d’ordonnances falsifiées en lien avec les spécialités à base de prégabaline. À ce titre, on rappelle que le patient sous Lyrica doit être surveillé pour détecter tout signe d'abus, de mésusage ou de dépendance, qui peut se traduire, par exemple, par le développement d'une tolérance, une demande d'augmentation de la dose ou un comportement de recherche assidue de médicaments. Il est important de rappeler que le rapport bénéfices/risques de la prégabaline reste favorable lorsqu’elle est prescrite et administrée dans ses indications, conformément au résumé des caractéristiques du produit.

Par Alexandra Chopard

7 Mai 2021

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés