Formulaire de recherche

Nouvelles recommandations de la HAS dans la bronchiolite

Les experts pointent l’absence d’utilité des médicaments et le manque de preuve d'efficacité de la kinésithérapie respiratoire.

© adobestock_absent84

En partenariat avec le Conseil national professionnel de pédiatrie (CNPP), la Haute Autorité de santé (HAS) a publié le 14 novembre ses nouvelles recommandations de bonne pratique dans la « prise en charge du premier épisode de bronchiolite aiguë chez le nourrisson de moins de 12 mois ». Il s’agit d’une actualisation des recommandations datant initialement de 2000. Concernant les thérapeutiques, les traitements symptomatiques médicamenteux, tels que les antitussifs et les fluidifiants bronchiques, sont officiellement « contre-indiqués », les traitements antireflux étant quant à eux « non recommandés ». Le document précise également que les bronchodilatateurs, le sérum salé hypertonique ou l’antibiothérapie systématique « n’ont pas d’indication dans cette maladie ». Dans les conseils aux parents, l'accent est mis sur le lavage de nez au sérum physiologique, fiche pratique à l'appui. Des conseils qu’il est d’ailleurs essentiel de relayer au comptoir.

Indignation des kinés

Côté kinésithérapie respiratoire, les techniques traditionnelles telles que le clapping ou le drainage postural sont à présent contre-indiquées : un bannissement qui recueille l'assentiment des professionnels concernés. La technique de l’augmentation du flux expiratoire, couramment prescrite dans les bronchiolites n'est, elle, pas recommandée, du fait de « preuves insuffisantes ». Et c'est sur cette formulation précise que les esprits s'échauffent depuis la parution du document officiel. Certains médias grand public ont titré abusivement sur une « kinésithérapie respiratoire désormais déconseillée » (Bfmtv.com, le 14 novembre), provoquant l'ire de l'Ordre des masseurs-kinésithérapeutes. Ce dernier a pointé sur Twitter une mauvaise interprétation des recommandations de la HAS et rappelé que « la kinésithérapie est essentielle dans la prise en charge de la bronchiolite du nourrisson ». Une polémique qui se développe alors que les premiers cas de bronchiolite commencent à faire leur apparition.

Par Alexandra Chopard

15 Novembre 2019

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés