Formulaire de recherche

Nouveaux prix, délais d’écoulement raccourcis

L’Assurance maladie fait une série de propositions pour améliorer les comptes de la Sécu en 2020.

© ADOBESTOCK/TALAJ

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2020 entre dans sa phase préparatoire. Comme chaque année à la même époque, l’Assurance maladie vient ainsi de présenter ses pistes d’économies pour l’an prochain dans son rapport annuel « Charges et produits ». Au total, celles-ci permettraient  d'économiser plus de 2 milliards d’euros, dont 887 millions d’euros sur les produits de santé. C’est environ 160 millions de plus que pour cette année. 
Parmi les mesures avancées par l’organisme payeur, la réduction des délais d’écoulement de stock en cas de changement de prix des médicaments fait particulièrement grincer des dents les officinaux. « Nous sommes complètement opposés à la modification des règles », indique Philippe Besset, président de la FSPF, rappelant que celles-ci ont été négociées avec les pouvoirs publics afin de préserver le réseau officinal à la suite de la suppression de la vignette sur les boîtes de médicaments.

Vingt jours de moins

Actuellement, les produits dont le prix est modifié peuvent continuer à être facturés aux patients à l’ancien prix pendant une durée de 50 jours en métropole et de 90 jours pour les collectivités d’outre-mer, à l’exception de Mayotte où la période transitoire est de 120 jours. Pour 2020, l’Assurance maladie propose de réduire ces délais de 20 jours, ce qui, selon ses calculs, permettrait de dégager 56 millions d’euros d’économies. Mais Philippe Besset prévient : si cette mesure est maintenue, ce serait une catastrophe pour le réseau sur le plan économique, mais aussi pour les patients, les pharmaciens risquant de ne plus stocker certains médicaments.

Par Christophe Micas

5 Juillet 2019

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés