Formulaire de recherche

Non, les officinaux ne feront pas de frottis

Si cette affirmation peut prêter à sourire, elle n'en est pas moins nécessaire pour répondre à des rumeurs infondées circulant sur les réseaux sociaux.

© adobestock_nathalie bosansky

À l'occasion de son Live hebdomadaire, Philippe Besset est revenu sur une polémique née sur les réseaux sociaux cette semaine et visant la profession officinale, à travers des messages scandalisés de certains médecins. En réponse à ces derniers, le président de la FSPF a tenu à préciser qu'il n'avait « jamais été question de demander à ce que les pharmaciens d'officine réalisent des frottis ». Évident, a priori ? Pas pour tout le monde. À l'origine de cette affaire surprenante, une imprécision dans le compte rendu d'un discours de la présidente de l'Ordre des pharmaciens, qui représente, rappelons-le, toutes les branches de la profession.

Tempête dans un verre d'eau

La 34e Journée du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens (Cnop) s'est en effet tenue le 21 novembre dernier, en présence notamment de François Braun, ministre de la Santé et de la Prévention. Lors de sa prise de parole, la présidente du Cnop, Carine Wolf-Thal, a « salué les avancées obtenues » dans le PLFSS, évoquant notamment la création de rendez-vous médicaux de prévention aux âges clés de la vie « auxquels les pharmaciens souhaitent être associés » et l'élargissement des compétences vaccinales des pharmaciens. Puis elle a salué la nouvelle gratuité du dépistage des infections sexuellement transmissibles (IST) pour les moins de 26 ans en laboratoire de biologie médicale, précisant que la profession étaient prête à « aller encore plus loin dans la prévention, avec par exemple la réalisation des frottis pour le dépistage du cancer du col de l'utérus par les pharmaciens biologistes ».
S'il était donc clair que cette proposition d'extension des compétences n'était pas sollicitée pour les officinaux, cela n'a pas été rapporté précisément dans l'un des comptes rendus de la journée rédigé par une agence de presse. D'où les réactions outragées de certains représentants de syndicats médicaux. Une tempête dans un verre d'eau, qui témoigne surtout de la tension de ces derniers en cette période de négociation avec l'Assurance maladie de leur nouvelle convention.

Par Alexandra Chopard

25 Novembre 2022

© Le Pharmacien de France - 2023 - Tous droits réservés