Formulaire de recherche

Le médicament (re)passe à la caisse

Marisol Touraine a présenté les grandes orientations de « son » projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2016... et s'attire les critiques de toute la chaîne du médicament.

 

Au lendemain de la commission des comptes de la sécurité sociale (CCSS), c'est l'unanimité. Pharmaciens et industriels, princeps comme génériqueurs, dénoncent de concert les mesures d'économies du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2016 : « inadaptation flagrante » pour le Leem (Les Entreprises du médicament), risque de « casse officinale » pour la FSPF ou « annonces en trompe-l'œil » pour le Gemme (Générique, même médicament). Avec un objectif des dépenses d'assurance maladie ramené à 1,75 % – historiquement le plus faible –, la pilule a en effet du mal à passer. Si le détail des mesures concernant le médicament n'est pas encore connu, la CCSS liste néanmoins les montants d'économies attendues sur les produits de santé, un décalque presque mot à mot du PLFSS de l'année dernière : 

  • baisses de prix des médicaments : 550 millions d'euros ;
  • promotion et développement des génériques : 395 millions d'euros ;
  • tarif des dispositifs médicaux : 70 millions d'euros ;
  • biosimilaires : 30 millions d'euros ;
  • action de maîtrise des volumes et de la structure de prescription des médicaments : 400 millions d'euros ;
  • lutte contre la iatrogénie médicamenteuse : 100 millions d'euros ;
  • liste en sus (dépense exclusivement hospitalière) : 205 millions d'euros.

Le grand total est de 1,7 milliard d'euros sur les produits de santé, soit la moitié des 3,4 milliards d'économies attendues pour l'année prochaine. « Entre 2010 et 2016, le montant des économies sur ce seul poste a été triplé », dénonce la FSPF. Pour le Leem, le médicament représente « la moitié des efforts d’économies, alors qu'[il] ne représente que 15 % des dépenses ». Pour tenir les objectifs de diminution du déficit de l'assurance maladie – 7,5 milliards d'euros attendus en 2015, 6,2 milliards prévus en 2016 –, le gouvernement devra maintenir la pression pour les années à venir.

Rappelons que les objectifs pour cette année ont été largement tenus puisque, rien que pour les dépenses de soins de ville, les dépenses sont de 100 millions d'euros inférieures aux provisions de l'Objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam). Un bon résultat largement dû au médicament. Dernière annonce côté génériques, la ministre de la Santé Marisol Touraine a promis une grande campagne de sensibilisation pour le début de l'année 2016, déjà annoncée et repoussée plusieurs fois, afin de « dédramatiser les génériques » auprès des patients. Pas sûr que cela suffise à rasséréner les pharmaciens.

Par Laurent Simon

24 Septembre 2015

Pour aller plus loin

© Le Pharmacien de France - 2017 - Tous droits réservés