Formulaire de recherche

Macron ne lâche pas la dispensation à l'unité

Le mouvement En marche ! maintient cette proposition contestée au sein de la profession.

Un représentant en chasse un autre. Après l'éviction de Jean-Jacques Mourad de l'équipe santé du mouvement En Marche !, suite à la découverte de liens d'intérêts avec les laboratoires Servier, c'est Patrick Pessaux, chirurgien au Centre hospitalier régional universitaire de Strasbourg, qui, au débotté, a représenté Emmanuel Macron sur le salon PharmagoraPlus, le 11 mars à Paris. Invité à s'exprimer sur le thème de la dispensation à l'unité, une proposition que le candidat à l'élection présidentielle a avancé le 6 janvier dernier à Nevers, Patrick Pessaux ne s'est pas défilé : « Nous pensons que cela permettra des économies de santé mais [que cette disposition aura] également un impact écologique ; cette mesure reste dans le programme de mon candidat. » Reste encore à convaincre les pharmaciens de son intérêt, en particulier en cas de dispensation de traitements chroniques comme l'avançait Emmanuel Macron. Par ailleurs, son représentant santé a soutenu la vaccination à l'officine. Aussi interrogé sur un éventuel passage des médicaments à prescription médicale facultative (PMF) en grandes surfaces, Patrick Pessaux s'est montré on ne peut plus clair : « aujourd'hui, c'est non », a-t-il assuré. 

Par Laurent Simon

13 Mars 2017

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés