Formulaire de recherche

LVMH : après le gel, les masques

Après s'être mis à produire du gel hydroalcoolique pour l'AP-HP il y a une semaine, le géant français du luxe organise un pont aérien pour importer 40 millions de masques de Chine.

© adobestock_zasabe

Dès le 25 mars, plusieurs avions par jour – a priori deux – chargés de masques de protection en provenance de Chine se poseront chaque jour à Roissy. Ce pont aérien pour aller chercher, en 7 jours, 10 millions de masques (7 millions de masques chirurgicaux et 3 millions de FFP2) a été imaginé et décidé en urgence le 20 mars par le groupe LVMH, afin d'apporter au plus vite une contribution opérationnelle à la lutte contre le Covid-19. « Face à cette pénurie, on s'est demandé comment aider, dans l'urgence. Tous les scénarios ont été envisagés mais le plus efficace était de trouver un prestataire en Chine. Notre groupe y est bien implanté donc nous avons rapidement mobilisé nos contacts pour nous rapprocher des fabricants et ainsi passer directement une commande », nous explique LVMH.

Les autorités en disposeront

Concrètement, le groupe présidé par Bernard Arnault a payé le premier linéaire, c'est-à-dire les 10 premiers millions de masques attendus les 7 premiers jours, pour la somme de 5 millions d'euros. C'est l'État qui prendra le relais les 3 semaines suivantes au rythme de 10 millions de masques par semaine. Au total, la commande passée par LVMH porte donc sur 4 semaines et 40 millions de masques. « Dès leur arrivée en France, les masques, correspondant aux normes standard en vigueur contre le Covid-19, seront entre les mains des autorités qui feront elles-mêmes le dispatch », assure un porte-parole de LVMH. Une manière pragmatique de fournir au plus vite les protections, surtout aux soignants qui en manquent cruellement, alors même que la France a signé plusieurs commandes « pour plus de 250 millions de masques » qui seront livrés « progressivement au cours des prochaines semaines », a déclaré Olivier Véran samedi 21 mars lors d'une conférence de presse. Le ministre de la Santé y a affirmé que « toute production possible a été commandée, toute production disponible a été réquisitionnée, toute distribution possible a été assurée ». Par ailleurs, concernant la production de gel hydroalcoolique sur les trois sites français de l'industriel désormais convertis à cette mission, des salariés volontaires y ont produit, en une semaine, 12 tonnes de gel désinfectant. Ce chiffre devrait rapidement monter à 50 puis 80 tonnes. « Nous fournirons gratuitement l'AP-HP tant qu'elle aura besoin de nous et nous avons déjà fourni quelques hôpitaux du Haut-Rhin, de l'Oise ainsi que des établissements autour de Chartres/Orléans [la Cosmetic Valley française, NDLR]. Une partie du gel est aussi donné au personnel navigant d'Air France », nous explique-t-on chez LVMH. Ceux-là même qui vont chercher les masques en Chine…

Par Hélène Bry

23 Mars 2020

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés