Formulaire de recherche

Les vaccins à ARNm comme première option

La Haute Autorité de santé (HAS) recommande dès à présent de privilégier les vaccins à ARNm en seconde dose chez toutes les personnes ayant reçu une première dose d'AstraZeneca.

© adobestock_wayhomestudio

Dans un avis sur l'adaptation de la stratégie de vaccination face à l’émergence du variant Delta en date du 9 juillet, la HAS « recommande de privilégier l'utilisation des vaccins à ARNm (Pfizer ou Moderna) qui disposent d'une meilleure efficacité pour la prévention non seulement des formes graves et symptomatiques mais également contre la transmission ». Elle préconise en outre de réduire l'intervalle entre les deux doses de vaccin au délai minimal recommandé. Il s'agit donc désormais de privilégier l'ARNm pour les personnes qui démarrent leur vaccination, avec un intervalle de trois à quatre semaines entre les deux doses. Pour celles âgées de 55 ans et plus qui ont déjà reçu une première dose d'AstraZeneca (Vaxzevria), la nouvelle doctrine est « de privilégier pour la deuxième dose l'utilisation d'un vaccin à ARNm [et] de proposer cette deuxième dose à partir de quatre semaines après la première ». La HAS ajoute en effet que « les études récentes ont confirmé la très bonne qualité de la réponse offerte par un schéma hétérologue Vaxzevria/ARNm tout en apportant des éléments rassurants sur le plan de la tolérance ». L'Autorité estime toutefois que la poursuite du schéma vaccinal avec une deuxième dose d'AstraZeneca « est envisageable chez les personnes âgées de plus de 55 ans qui le souhaitent » puisque ce vaccin possède une bonne efficacité en vie réelle sur la prévention des formes sévères de la Covid-19. Mais elle recommande que la décision « fasse l'objet d'une décision médicale partagée et que les personnes bénéficient d'une information claire sur les différentes options possibles ».

Vaccination hétérologue : le ministère suit la HAS

Sollicitée par nos soins, la Direction générale de la santé (DGS) nous a confirmé que « les pharmaciens et autres professionnels de santé peuvent continuer à vacciner les plus de 55 ans avec une seconde dose AstraZeneca, si leur patient le réclame, mais ne sont pas contraints d'effectuer ces rappels uniquement avec de l'AstraZeneca ». Comment procéder, donc, concrètement, avec les patients ? Réponse du ministère : « Il convient d'informer [les] patients qu'il est recommandé de recevoir une vaccination hétérologue et, s'ils en formulent le souhait, de les vacciner avec une seconde dose de Moderna ». Et le ministère de préciser que cette seconde dose peut également se faire avec « du Pfizer si des doses sont disponibles en centre pour les professionnels de ville ou si le professionnel concerné vaccine déjà en centre ». En clair, « dans le respect des délais indiqués par l'avis de la HAS, la vaccination hétérologue peut débuter dès à présent ». Cette nouvelle recommandation de la HAS suivie par la DGS devrait satisfaire les patients qui, sur le terrain, sont nombreux à réclamer une deuxième dose avec un vaccin à ARNm, comme cela est déjà recommandé pour les moins de 55 ans primo-vaccinés avec AstraZeneca depuis la mi-avril, en raison d'un risque de thromboses atypiques rares chez les personnes jeunes. L’avantage de ce schéma hétérologue est bien entendu de pouvoir réduire l’intervalle entre les deux injections à quatre semaines.

Par Hélène Bry

16 Juillet 2021

© Le Pharmacien de France - 2021 - Tous droits réservés