Formulaire de recherche

Les Trod-Covid en pratique

Réaliser à l'officine des tests rapides d'orientation diagnostique (Trod) spécifiques à la Covid-19 nécessite d'être bien informé de leurs avantages mais aussi de leurs limites.

© adobestock_dmitry veryovkin

En at­ten­dant la pa­ru­tion d'un guide de bonnes pra­tiques pour les pro­fes­sion­nels de santé pro­mis par la Haute Au­to­rité de santé (HAS), un ra­pide tour d'ho­ri­zon des in­for­ma­tions à connaître concer­nant les Trod-Co­vid s'im­pose..

Que détectent les Trod-Covid ?

Ces tests ra­pides vont dé­pis­ter la pré­sence dans le sang d'an­ti­corps spé­ci­fiques à la Co­vid-19. Ces an­ti­corps sont des Ig M, qui ap­pa­raissent à par­tir du 7e jour post-conta­mi­na­tion et des Ig G, qui se forment à par­tir du 14e jour sui­vant le contact conta­mi­nant.

Sur les 55 mo­dèles de tests ac­tuel­le­ment va­li­dés par la HAS - la liste est mise à jour ré­gu­liè­re­ment -, cer­tains ne sont interprétables que pour les Ig G, c'est à dire les an­ti­corps les moins pré­coces. Cette par­ti­cu­la­rité est alors men­tion­née dans la co­lonne de droite de cette liste par un pic­to­gramme tri­an­gu­laire rouge rap­pe­lant le point de vi­gi­lance. At­ten­tion donc au mo­ment des com­mandes et lors de l'interprétation.

Qui peut bénéficier des Trod-Covid ?

Selon la HAS, les indications des Trod-Covid sont actuellement les suivantes :

- en orientation diagnostique pour les patients symptomatiques mais sans facteur de gravité, en cas de difficulté d’accès à un laboratoire de biologie médicale (secteur rural isolé, populations marginalisées, grande précarité, migrants...) ;

- en orientation diagnostique de rattrapage pour les personnels soignants et les personnels d’hébergements collectifs qui seraient symptomatiques mais sans signe de gravité ;

- dans le cadre d'enquêtes épidémiologiques.

En pra­tique, un Trod peut être réa­lisé chez un pa­tient sou­hai­tant sim­ple­ment connaître son sta­tut im­mu­no­lo­gique vis-à-vis de la Co­vid-19.

Ce­pen­dant, un pa­tient sol­li­ci­tant la réa­li­sa­tion d'un Trod-Covid alors qu'il pré­sente des symp­tômes d'in­fec­tion par le SARS-CoV-2 (toux, essoufflement, perte de l'odo­rat ou du goût, as­thé­nie, fièvre, diar­rhée...) de­vra se voir op­po­ser un re­fus car un tel test ra­pide n'au­rait au­cun in­té­rêt. Il de­vra être orienté vers son gé­né­ra­liste, voire un ser­vice d'ur­gences pour être pris en charge, tout en lui rap­pe­lant l'im­por­tance de res­pec­ter les gestes bar­rières.

À quel moment réaliser un Trod-Covid ?

Les Trod sont des tests sé­ro­lo­giques qui ne peuvent, par dé­fi­ni­tion, dé­tec­ter une ré­ac­tion im­mu­ni­taire que si elle a eu le temps de se dé­ve­lop­per. Ainsi, les Trod-Covid ne de­vront être uti­li­sés qu'au moins 14 jours après le dé­but d'éven­tuels symp­tômes ou 20 jours après l'ex­po­si­tion au vi­rus. Ac­tuel­le­ment, on ne connait pas la du­rée ef­fec­tive de l'im­mu­nité ac­quise après contact avec le SARS-CoV-2 : im­pos­sible donc de dire com­bien de temps après une ex­po­si­tion un Trod-Co­vid res­tera po­si­tif.

Expliquer la signification d'un test positif

Un test positif signifie que le patient a été en contact avec le virus. Plus précisément :

- si le test indique Ig M + et Ig G - : l'infection est à ses débuts.

- si le test indique Ig M + et Ig G + : l'infection, récente, est en cours.

- si le test indique Ig M - et Ig G + : le patient a été infecté précédemment.

At­ten­tion, il est im­por­tant de pré­ci­ser qu'un test po­si­tif ne per­met pas de dire si le pa­tient est conta­gieux ou non, ni pour com­bien de temps il est pro­tégé d'une nou­velle conta­mi­na­tion.

Le pa­tient dont le Trod-Covid est po­si­tif doit bé­né­fi­cier d'un test sé­ro­lo­gique de confir­ma­tion en la­bo­ra­toire. Pour cela, le phar­ma­cien doit l'orien­ter vers son mé­de­cin gé­né­ra­liste. Ce der­nier l'ins­crira dans la pro­cé­dure de tra­çage pour pré­ve­nir ses contacts.

Il est important de rap­pe­ler au pa­tient l'im­por­tance de conti­nuer à res­pec­ter les gestes bar­rières voire de s'iso­ler du reste de son en­vi­ron­ne­ment le temps de re­ce­voir les ré­sul­tats de son test en la­bo­ra­toire.

Si le Trod-Covid est négatif

Un ré­sul­tat né­ga­tif si­gni­fie que le pa­tient n'a pas été en contact avec le Sars-CoV-2... ou que l'in­fec­tion est si ré­cente que la ré­ponse im­mu­ni­taire n'est pas en­core dé­ce­lable.

La HAS en­cou­rage les pa­tients tes­tés né­ga­tifs au Trod-Covid, mais ayant des rai­sons ob­jec­tives de pen­ser avoir été ex­posé au vi­rus,à ef­fec­tuer un test sé­ro­lo­gique en la­bo­ra­toire pour confir­ma­tion.

Dans tous les cas, un pa­tient ayant un Trod-Covid né­ga­tif doit être en­cou­ragé à res­pec­ter les gestes bar­rières.

Par Alexandra Chopard

24 Juillet 2020

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés