Formulaire de recherche

Les signalements explosent en 2017

Les compteurs de l'ANSM se sont affolés l'an dernier. Les explications manquent encore.

L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a levé un pan du voile le 13 février dernier sur la situation des ruptures de stock dans l'Hexagone. Si de 2013 à 2016 le nombre de signalements et de risques de ruptures plafonnaient autour de 400 par an, l'année dernière a marqué une recrudescence : + 30 % par rapport à 2016, avec un peu plus de 500 signalements. Une situation que l'Agence ne s'explique pas encore tout à fait, ces résultats, qui concernent uniquement les médicaments d'intérêt thérapeutique majeur, demandant à être affinés. Ils ne seraient néanmoins pas liés aux nombreux rebondissements de l'affaire Levothyrox. Parmi les causes déclarées, pêle-mêle : les problèmes liés aux outils de production (20 % des cas), une capacité de production insuffisante (15 %) liée par exemple à une augmentation du volume des ventes (10 %), mais aussi des difficultés d'approvisionnement en matières premières (15 %) ou des défauts de qualité (20 %). L'Agence ne fait pas mention d'éventuelles exportations réalisées par les grossistes-répartiteurs, que pointent régulièrement les industriels du médicament

« Pas de différence qualitative »

Les classes thérapeutiques les plus touchées par ces ruptures sont les anti-infectieux généraux, les médicaments du système nerveux et les antinéoplasiques et immunomodulateurs, un classement qui n'est pour le coup pas chamboulé : « il n'y a pas de différence qualitative mais seulement quantitative par rapport aux années précédentes », résumait le 13 février Patrick Maison, directeur de la surveillance à l'ANSM. Pour le seul mois de janvier 2018, l'Ordre des pharmaciens signalait, lui, 289 produits en rupture, un résultat globalement stable tout au long de l'année dernière mais qui, rappelons-le, couvre l'ensemble des médicaments du marché de ville et non uniquement les médicaments d'intérêt thérapeutique majeur. La fin des ruptures n'est pas encore pour demain.

Par Laurent Simon

14 Février 2018

© Le Pharmacien de France - 2018 - Tous droits réservés