Formulaire de recherche

Les Rosp enfin régularisées !

La rémunération en souffrance de nombreux entretiens et bilans partagés va finalement être versée par l'Assurance maladie.

© ADOBESTOCK/BRAMGINO

C'est un dossier qui a fait grincer des dents dans beaucoup d'officines. Jusqu'à maintenant, seuls 46,2 % des bilans partagés de médication, 20 % des entretiens AVK, un quart des entretiens AOD et moins de 20 % des entretiens asthme avaient donné lieu à une rémunération. Dans l'immense majorité des cas, ce défaut de versement de la rémunération sur objectifs de santé public (Rosp) a suscité l'étonnement, si ce n'est la colère, chez les pharmaciens dont les dossiers avaient été rejetés par l'Assurance maladie au motif de manquements ou d'irrégularités.

Premiers versements

Demandée depuis mai dernier par la FSPF, la régularisation de tous les accompagnements impayés a finalement été consentie par l'Assurance maladie qui a d'ores et déjà entamé les versements, accompagné d'un courrier détaillant le montant par accompagnement. Dans le cas des Rosp AVK, AOD et asthme, tous les dossiers pour lesquels au moins deux entretiens ont été saisis sur Ameli pro (en cas d'adhésion du patient au premier semestre de l'année de référence), ou un seul entretien si l'adhésion date du second semestre, seront régularisés. Même chose en ce qui concerne les bilans partagés de médication dont le nombre d'étapes transmis est conforme mais dont des anomalies de saisie ont bloqué le versement. La Cnam va également régulariser, à titre exceptionnel, tous les dossiers rejetés pour numéro de sécurité sociale invalide ainsi que ceux qui ne respectaient pas la condition âge/affection de longue durée (ALD) pour les bilans partagés.

Pour un paiement à l'acte

Si le directeur général de l'Assurance maladie, Nicolas Revel, a reconnu lors de la Journée de l'économie de l'officine organisée par Le Quotidien du pharmacien que le mode de facturation était « trop compliqué » et proposé « un paiement au fil de l'eau », Philippe Besset, président de la FSPF demande quant à lui que le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2020 « réforme les modalités des accompagnements patients afin de les transformer en actes facturables directement ».

Par Benoît Thelliez

27 Septembre 2019

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés