Formulaire de recherche

Les astreintes pharmaceutiques intégrées dans le dispositif des appels d’urgence ?

Dans le cadre du « Ségur de la santé », la FSPF a formulé 26 propositions pour moderniser notre système de santé, dont l’intégration au service d’accès aux soins des astreintes pharmaceutiques.

© adobestock_olivier-tuffé

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a lancé le 25 mai le « Ségur de la santé » avec l’objectif d’accélérer la transformation du système de santé français. Dès lors, différents groupes de travail se sont mis en place. Leurs conclusions sont attendues pour la mi-juillet. Dans ce cadre, l’Ordre des pharmaciens et les syndicats d’officinaux ont été auditionnés le 10 juin par le groupe de travail n° 4 baptisé « Fédérer les acteurs de la santé dans les territoires au service des usagers ». L’occasion pour la FSPF de présenter ses 26 propositions pour l’avenir de la santé en France.

Pharmacien régulateur

Parmi elles, le syndicat demande une révision de la législation sur la permanence des soins pharmaceutiques afin que la régulation des appels concernant les astreintes des pharmaciens soit intégrée au service d’accès aux soins (SAS) prévu dans le cadre du pacte de refondation des urgences. En pratique, il s’agirait de « créer un numéro unique d’appel permettant la régulation de l’ensemble des soins d’urgence dans les départements, dont les astreintes pharmaceutiques », explique son président Philippe Besset, relevant que les officinaux sont de plus en plus confrontés à des demandes n’ayant pas toujours un caractère d’urgence. « Le pharmacien d’astreinte serait seulement joignable par le SAS auquel participerait un pharmacien régulateur », précise-t-il. La mise en place d’un numéro unique facilement identifiable par les patients permettrait aussi d’améliorer la coordination des soins entre les pharmacies d’officine, la médecine de ville et l’hôpital.

Par Christophe Micas

19 Juin 2020

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés