Formulaire de recherche

N° 1324 Novembre 2020

Interview

Philippe Truelle

« Tout le monde travaille en flux tendu »

Philippe Truelle - président de l’Association des moyens laboratoires et industries de santé (Amlis)

L'effet Sovaldi tire les dépenses

90 millions d'euros

Le déficit de l'Assurance maladie se tasse mais les dépenses sur le médicament progressent encore à cause de la rétrocession hospitalière.

Avec presque 100 millions d'euros de dépassement par rapport à l'objectif de dépenses pour 2015, le médicament est-il le mauvais élève parmi les soins de ville ? Réponse : oui et non. Oui, parce que si les dépenses d'indemnités journalières ont également dérapé de 65 millions d'euros, sans compter 85 millions d'euros supplémentaires pour des prises en charge de cotisations sociales pour les professionnels de santé, le médicament compte pour plus d'un tiers dans ces dépassements. Non, parce que les médicaments n'en sont pas tous responsables ; en réalité, une seule classe l'est : les traitements de l'hépatite C (Sovaldi, Daklinza, Olysio, Harvoni...), qui tirent les dépenses de rétrocession hospitalière de 14,3 % en 2015. Par ailleurs, les remboursements de médicaments délivrés en ville ont reculé de 0,3 % l'année dernière, après une baisse de 0,8 % en 2014. L'effet Sovaldi est donc toujours bien présent.

Par Laurent Simon

8 Juin 2016

© Le Pharmacien de France - 2020 - Tous droits réservés