Formulaire de recherche

Le burn out ronge l'officine

1 employé sur 2

D'après une étude française parue dans Plos One, 56,2 % des officinaux présentent des symptômes de burn out.

Ils s'étonnent de la si faible évaluation du burn out en pharmacie d'officine alors que ces équipes sont quotidiennement confrontées aux demandes et difficultés des patients. Les auteurs de l'étude parue dans Plos One le 11 août dernier, issus notamment des rangs de l'université Clermont Auvergne ou de l'Ordre des pharmaciens, s'y sont donc attelés par le biais d'une enquête en ligne anonyme, communiquée par l'Ordre à toutes les officines françaises entre avril et juillet 2015. D'après les quelque 1 300 questionnaires dûment complétés, 56,2 % des répondants – titulaires, adjoints ou préparateurs – souffrent de burn out : léger pour 28,2 % d'entre eux, modéré pour 17,5 % et sévère pour 10,5 %. En tête des plus sujets à l'anxiété, les hommes et les équipes installées dans de grandes zones urbaines. Autre point « inquiétant » soulevé par les auteurs, 8,2 % des répondants à l'enquête déclarent gérer leur stress en consommant des drogues psychoactives (alcool ou drogues illégales). Des sources de stress caractéristiques sont d'ailleurs relevées, comme l'impossibilité de partir en vacances, l'isolement entre confrères, le contact avec une patientèle de plus en plus exigeante et impatiente et le manque de temps pour se former.

8 Septembre 2017

Pour aller plus loin

© Le Pharmacien de France - 2019 - Tous droits réservés